Ce n’est pas tant une bulle immobilière qu’il faut craindre, explique Benjamin Tal, mais le manque de logements.

Article