Ion Chiosea / 123RF

Face à la volatilité des marchés, un investisseur devrait garder la tête froide et ne pas retirer son argent sur un coup de tête, car c’est souvent cela qui, en fin de compte, lui fera perdre le plus d’argent.

Sur le long terme, la patience est payante et il faut donc éviter de paniquer en cas d’instabilité, explique Stéphane Chrétien, professeur au Département de finance, assurance et immobilier de l’Université Laval dans une entrevue à Radio-Canada.

D’autant plus que la situation se stabilise souvent d’elle-même et que, comme on l’a vu par exemple durant la crise financière de 2007-2008, les marchés finissent par rebondir, assure celui qui est également titulaire de la chaire de recherche Groupe Investors en planification financière.

AVOIR UN PORTEFEUILLE DIVERSIFIÉ

Ce dernier ajoute que pour conserver les idées claires lorsque le gros temps menace, un investisseur non aguerri a intérêt à consulter un conseiller financier, qui pourra alors le rassurer. « Souvent, les conseillers vont pratiquement devenir des psychologues. C’est la finance comportementale. On va dire aux gens qu’il faut faire attention parce que c’est quand on vend dans des moments de panique que l’on perd le plus. »

Stéphane Chrétien souligne en outre que pour limiter les risques, un particulier doit absolument diversifier ses placements. « Avoir une crise dans l’un des secteurs de notre portefeuille serait quelque chose que l’on devrait laisser aller [s’il est diversifié] », affirme-t-il. Mais cela ne suffit pas et les investissements doivent aussi être équilibrés, poursuit le professeur. En effet, si l’un des produits dans lesquels l’investisseur a placé son argent enregistre des performances beaucoup plus élevées que les autres, cela peut éventuellement représenter une source de risque.

La raison? Si le placement à très fort rendement venait à diminuer, son incidence deviendrait plus grande sur l’ensemble du portefeuille. Pour réduire ce risque, « il est donc sage de le rééquilibrer en réinvestissant les sommes excédentaires dans d’autres placements », conseille Stéphane Chrétien.

L’IMPORTANCE DU PROFIL D’INVESTISSEUR

Le professeur explique par ailleurs qu’une trop grande anxiété face à la volatilité des marchés devrait peut-être conduire une personne à revoir son profil d’investisseur. « [Parfois] on se dit très tolérant au risque et finalement, quand le risque se produit on ne pensait pas qu’il pouvait nous faire perdre autant », observe-t-il.

Selon Radio-Canada, une personne ayant une forte tolérance au risque, ou qui cherche à investir à long terme, aura intérêt à placer son argent dans des marchés qui peuvent afficher des rendements intéressants, mais aussi subir des fluctuations importantes. A contrario, un particulier ayant un profil plus prudent, ou en quête de financement pour un projet à court terme, aura intérêt à rechercher des investissements plus stables.

« À la base, le plus important doit se faire avant que les marchés [plongent]. C’est-à-dire que l’on doit être bien conscient du niveau de risque avec lequel on est confortable », conclut Stéphane Chrétien.