Damier noir et blanc sur lequel repose la Terre.
Photo : Ion Chiosea / 123RF

2019 ne s’annonce pas comme une année de tout repos. Au-delà du Brexit et des relations commerciales tendues entre la Chine et les États-Unis, le Financial Post s’est intéressé aux événements auxquels personne ne pense mais qui auraient l’effet de bombes sur les marchés s’ils survenaient. En voici cinq.

1) DONALD TRUMP QUITTE LA MAISON BLANCHE

Alors que les primaires de la course à la présidence de 2020 commenceront dans environ un an, de nombreuses questions surgissent. Qui sera le candidat proposé du côté des démocrates? Est-ce que des républicains haut placés décideront de contester la nomination de Donald Trump à la tête de leur parti?

Mais, au-delà des rumeurs, qui a dit que Trump se représenterait réellement aux prochaines élections? Concernant l’actuel président américain, tous s’endentent sur un point : son non-conformisme.

Menacé de mise en accusation, au centre de scandales et d’enquêtes nationales, avec le nuage noir d’une prochaine récession et les marchés baissiers qui ternissent son héritage, Donald Trump pourrait décider d’abandonner la Maison Blanche aux mains de son vice-président, Mike Pence, pour consacrer son temps à ses casinos, ses terrains de golf et ses émissions de téléréalité.

2) UNE MÉGA FUSION DANS L’INDUSTRIE AUTOMOBILE ALLEMANDE

Geely, le principal constructeur automobile chinois, a déjà acquis près de 10 % du capital de Daimler, le fabricant de Mercedes. Quel est l’intérêt de cette acquisition si ce n’est d’acheter un jour le groupe au complet? Avec le DAX (principal marché boursier allemand) en baisse et la pression sur les fabricants d’automobiles due à la montée des véhicules électriques, il ne semble pas y avoir de meilleur moment pour procéder et l’achat de l’entreprise.

Le Financial Post estime cependant que le gouvernement allemand ne laissera jamais son entreprise de renom tomber aux mains des Chinois. Berlin pourrait ainsi décider de fusionner rapidement avec Volkswagen afin de créer le plus grand constructeur automobile au monde, dans lequel l’État conservera une participation majoritaire. Ce qui ne fonctionnerait pas éternellement, mais tiendrait certainement la Chine à distance quelque temps.

3) LE LANCEMENT D’UN « FRANC PARALLÈLE »

Le président français Emmanuel Macron est actuellement dans une position très inconfortable. Sa popularité est au plus bas, son économie ralentit et ses projets de réforme de la zone euro ont échoué. Pourtant, le président pourrait encore s’en sortir.

Pourquoi ne pas voler l’idée des « populistes » italiens et signer des protocoles d’accord semblables à ceux de leurs voisins pour lancer un « franc parallèle »? Cela lui permettrait d’augmenter les bénéfices et les dépenses publiques et de relancer l’économie sans enfreindre les règles budgétaires de la zone euro.

Il s’agirait bien sûr d’une manœuvre risquée, mais le président pourrait préférer cela aux années plus sombres de protestations et d’austérité qui se profilent à l’horizon et à une défaite en 2022.

4) LA CONSOLIDATION DE L’INDUSTRIE DES TECHNOLOGIES

Après 25 ans d’une croissance fulgurante et la pression croissante de la réglementation, croître risque de devenir nettement plus compliqué pour l’industrie des technologies, estime le quotidien. Pourquoi ne pas décider de procéder à quelques fusions? Amazon pourrait ainsi décider d’acheter Spotify et Uber, Apple, Tesla et Netflix alors qu’Alphabet, la société mère de Google, prendrait le contrôle de Facebook.

Les grandes entreprises ainsi créées disposeraient de pouvoirs considérables pour générer des liquidités pour leurs actionnaires.

5) UNE SURPRISE À BERLIN

Les Verts sont en train de devenir la force principale du centre-gauche en Allemagne, atteignant près de 20 % dans certains sondages récents. Si le parti social-démocrate d’Angela Merkel s’effondrait, cela déclencherait une nouvelle élection qui pourrait propulser les Verts au rang de deuxième parti en importance au pays.

En s’associant avec les sociaux-démocrates et le parti gauche, les Verts pourraient former une immense coalition et avoir un poids écrasant. Un gouvernement radicalement favorable à l’environnement qui prendrait en charge la plus grande économie d’Europe serait un choc pour les entreprises – de même que les nouvelles taxes et contrôles que cette nouvelle administration dirigée par les Verts mettrait alors en place.

Outre ces cinq scénarios, le Financial Post prévient que beaucoup d’autres pourraient avoir lieu. Le Royaume-Uni pourrait annuler le Brexit, le Congrès national africain pourrait perdre le pouvoir en Afrique du Sud ou les investisseurs pourraient découvrir le potentiel de la Pologne, le premier pays à avoir atteint le statut de marché développé depuis une génération.

Une chose est certaine, 2019 sera une année pleine de rebondissements et seuls certains auront été prévus.