Photo : ginasanders / 123RF

Interrogés par Hardbacon sur la mesure budgétaire du gouvernement Legault visant à donner 500 $ à la majorité des contribuables pour contrer l’inflation, la grande majorité des Québécois (81 %) ont affirmé que cela était encore insuffisant.

Selon ce qui a été annoncé par le premier ministre du Québec, François Legault, tous les Québécois gagnant moins de 100 000 $ par année, soit 6,4 millions de contribuables, bénéficieront d’une aide de 500 $ afin de contrer l’inflation. Mais, selon le calcul des répondants, un montant en moyenne de 1778,28 $ aurait été plus approprié pour compenser l’impact annuel de l’inflation.

Le montant n’est pas la seule chose dont les Québécois se disent insatisfaits. Ainsi, les sondés sont divisés quant à savoir qui devrait recevoir cette aide. Près d’un cinquième (19,5 %) conviennent que le plan actuel est équitable, mais 80,5 % des répondants estiment cela injuste. La majorité (64,2 %) souligne ainsi que ce sont surtout les plus pauvres qui sont les plus impactés par l’inflation. Tandis que 16,3 % soulignent que, puisque ceux qui gagnent plus de 100 000 $ paient déjà beaucoup d’impôts, ils devraient aussi avoir accès à cette compensation.

Le sondage de Hardbacon est allé plus loin en interrogeant les sondés sur ce qu’ils comptaient faire des 500 $. Plus du tiers (39,3 %) prévoient de rembourser leurs dettes, 20,4 % veulent investir leurs 500$ et 20,4 % veulent épargner. Finalement, seuls 19,8 % comptent dépenser ces 500 $ en produits ou services.

Pour ce qui est du remboursement des dettes, toutes sortes de dettes sont visées :

  • 35,9 % mentionnent les dettes de cartes de crédit;
  • 24,7 % parlent des factures en souffrance;
  • 12,1 % comptent utiliser ce montant pour payer leur marge de crédit bancaire;
  • 5,1 % veulent rembourser des prêts d’admis ou de membres de la famille;
  • 5,1 % mentionnent des prêts à tempérament;
  • 3,5 % des prêts privés;
  •  Et 3 % des prêts hypothécaires.

Du côté des sondés désirant placer ce montant :

  • 43,7 % visent les fonds négociés en Bourse;
  • 22,3 % les actions canadiennes;
  • 4,9 % les actions américaines;
  • 7 % les fonds communs de placement;
  • 3,9 % les obligations;
  • 4,9 % les cryptomonnaies;
  • Et 1,9 % l’or.

Du côté des épargnants :

  • 41,7 % comptent placer ce montant dans un compte d’épargne
  • 29,1 % dans un compte-chèques;
  • 4,9 % dans un certificat de placement garanti
  • et 1,9 % dans un compte de cryptomonnaies.

Quant aux dépenses et achats :

  • la majorité des répondants (53 %) ont dit qu’ils prévoient acheter de la nourriture;
  • 15 % comptent dépenser ce montant pour de l’essence et l’entretien de leur voiture;
  • 4 % pensent se payer des vacances;
  • 3 % dépenseront dans des bars et des restaurants;
  • Et 2 % achèteront de l’alcool.

« Depuis le début de la pandémie, les finances personnelles n’ont jamais été aussi importantes. Étant donné que tant de Québécois utilisent déjà Hardbacon pour prendre des décisions financières, nous avons pensé qu’il était important de faire un sondage pour leur demander ce qu’ils pensaient de la mesure gouvernementale pour contrer l’inflation », a déclaré le PDG de Hardbacon, Julien Brault.