Photo : 123RF

Un mauvais dossier de crédit n’est pas un obstacle définitif au moment d’acheter un logement. Mais cela demande des efforts.

Ce n’est pas parce qu’on a un mauvais dossier de crédit qu’on ne peut pas pour autant acquérir son logement, rappelle Le Journal de Montréal.

AMÉLIORER SON CRÉDIT

On peut déjà commencer par améliorer son dossier de crédit. Pour cela, il faut s’informer auprès d’Équifax et de TransUnion. La première chose à faire est de s’assurer que le dossier ne comporte pas d’erreurs, comme le fait remarquer Forbes.

Une fois les erreurs écartées, il faut parvenir à changer ses habitudes : garder ses comptes de banque à flot, payer ses factures à temps, rembourser ses soldes de cartes de crédit dans les délais… Il faut aussi éviter de demander de nouveaux crédits, même si on ne les utilise pas.

Ces tâches demandent des efforts. Ils sont moins amusants que de chercher une maison agréable avec un bon voisinage. Mais si on saute ces étapes, on le paiera durant toute la durée de remboursement de l’hypothèque.

Si le dossier de crédit ne satisfait pas une banque, cela ne veut pas dire qu’une autre banque ne sera pas prête à accorder un emprunt hypothécaire. Les critères des banques ne sont pas les mêmes.

SE TOURNER VERS D’AUTRES PRÊTEURS…

Faute d’obtenir un prêt auprès des institutions financières, on peut s’adresser aux prêteurs privés. Cependant, les taux d’intérêt demandés sont alors supérieurs à 10 %…

Cette solution peut permettre de lancer son projet d’achat, le temps d’améliorer son dossier de crédit. Mais l’emprunteur n’aura pas le droit à l’erreur : si il n’y arrive pas, il sera rapidement débordé par les frais d’intérêts.

On peut aussi solliciter un proche pour emprunter le financement nécessaire à l’achat immobilier. Évitez le prêt à 0 % : mieux vaut un taux d’intérêt rémunérateur pour le proche. Il est généralement inférieur à celui d’un prêteur privé.