Photo : Andriy Popov / 123RF

Si les Canadiens semblent avoir (un peu) perdu confiance dans le fait qu’ils atteindront leurs objectifs financiers, ce n’est pas le cas des nouveaux arrivants ni des personnes du troisième âge, selon IG Gestion de patrimoine.

Lundi, la compagnie a publié son deuxième rapport annuel sur l’« Indice de confiance en matière de finance ». Celui-ci révèle un niveau de confiance légèrement en baisse des Canadiens en cette fin d’année par rapport à la même période en 2018, avec une chute de trois points (56, comparativement à 59 l’an dernier). Curieusement, ce marasme ne paraît pas affecter les Canadiens âgés de 65 ans et plus ni les nouveaux arrivants (les personnes résidant au pays depuis moins de trois ans). En effet, ceux-ci affichent des résultats indiciels nettement plus élevés que le reste de la population, soit 64 et 66, respectivement.

L’enquête d’opinion menée pour le compte d’IG Gestion de patrimoine dans le cadre du Mois de la littératie financière montre également que l’indice des Québécois est sensiblement au même niveau que celui de la moyenne nationale, puisqu’il se situe à 59 (contre 60 en 2018).

LES FINANCES PERSONNELLES, SOURCES D’INQUIÉTUDE

Dans l’ensemble, les nouveaux arrivants se disent plus sûrs que la moyenne des répondants qu’ils réussiront à atteindre leurs objectifs financiers à court et à long terme, et ils indiquent aussi se sentir « moins anxieux » au sujet de leurs finances. De leur côté, les aînés semblent plus enclins à être satisfaits des décisions financières qu’ils ont prises et à ne pas craindre d’examiner régulièrement l’état de leur situation matérielle.

Fait notable, le degré de confiance générale des Canadiens à l’égard de divers aspects macro-économiques, comme le marché boursier et la performance globale des économies nationale et mondiale, demeure quasiment inchangé par rapport à 2018. En fait, souligne IG Gestion de patrimoine, ce sont les questions en lien avec les finances personnelles qui ont contribué au léger déclin observé d’une année à l’autre.

« Il est encourageant de voir que tant les aînés que les nouveaux arrivants ont obtenu des résultats supérieurs à la moyenne nationale au chapitre de leur confiance financière, surtout en considération des enjeux particuliers avec lesquels doivent composer ces deux groupes. Par exemple, de nombreux Canadiens sont si préoccupés par le fait d’épargner pour la retraite qu’ils ne réalisent pas toute la complexité que représente la planification financière de cette étape de leur vie, notamment l’élaboration d’une stratégie de retrait du REER et d’optimisation fiscale. Par ailleurs, ceux qui sont nouvellement arrivés au pays font face à divers défis, comme comprendre de nouveaux systèmes financiers, l’épargne et la fiscalité, puis obtenir l’accès au crédit pour permettre à leur famille de s’établir », analyse Jeff Carney, président et chef de la direction d’IG Gestion de patrimoine.

« RENFORCER LE SENTIMENT DE BIEN-ÊTRE DES CANADIENS »

« Même si l’on relève une faible diminution cette année, il convient de souligner que les facteurs principaux qui y sont attribuables comportent aussi des solutions à la portée de tous les consommateurs. Prendre en charge ses finances personnelles commence par une meilleure compréhension de celles-ci. D’où l’importance de l’éducation financière. L’enjeu est d’habiliter les Canadiens et de renforcer leur sentiment de bien-être financier afin qu’ils puissent s’ouvrir en toute confiance aux possibilités de la vie », conclut le dirigeant.

La compagnie rappelle que son indice de confiance en matière de finance fait partie de son programme communautaire intitulé « Soyez maître de votre avenir ». Lancée l’an dernier, cette opération vise « à accroître la confiance des Canadiens en matière de finance, et surtout de ceux qui en ont le plus besoin, c’est-à-dire les Autochtones, les nouveaux arrivants, les aînés et les jeunes ». En travaillant avec des partenaires et des organismes de bienfaisance, ainsi qu’avec ses employés et ses clients, IG souligne qu’elle offre « des séminaires et des ateliers destinés à accroître la confiance financière des membres de ces groupes clés, y compris le programme primé Les jeunes et l’argent, qui depuis plus de 20 ans aide les élèves et les enseignants du secondaire, de même que les parents, en matière de littératie financière ».

Le sondage a été réalisé par Ipsos du 23 au 30 septembre auprès de 2 600 personnes âgées de 18 ans et plus réparties dans l’ensemble du pays. Un système de pondération lui a été appliqué en fonction de l’âge, du sexe, de la région et du niveau de scolarité pour s’assurer que l’échantillon final soit représentatif de la population canadienne adulte. À noter que l’indice annuel fait le suivi du niveau de confiance des répondants en se basant sur les réponses qu’ils fournissent à six questions concernant des considérations financières à court et à long terme.