Une flèche rouge pointant vers le bas sur un fonds rempli de dollars américains.
Baris-Ozer / iStock

Les investissements dans les entreprises canadiennes de technologies financières ont chuté de plus de 50 % au cours du premier semestre de l’année, révèle une étude de la firme KPMG.

Le cabinet d’audit affirme que les entreprises de technologie financière du pays ont investi 810 millions de dollars américains (M$ US) par l’entremise de 85 transactions au premier semestre de 2022, comparativement à 1,9 milliard de dollars américains (G$ US) au second semestre de 2021.

La baisse a également été notable par rapport à la même période en 2021, alors que des investissements totalisant 5,4 G$ US avaient été réalisés par l’entremise de 108 transactions, a ajouté la société.

Cependant, KPMG a prévenu que la première moitié de 2021 représentait un cas unique puisqu’elle est considérée comme l’une des périodes les plus solides jamais enregistrées pour l’investissement.

KPMG affirme que la plupart des investissements dans les technologies financières du Canada au cours du premier semestre de l’année provenaient de capital de risque, incluant 25 transactions de financement d’amorçage, 23 transactions d’aide financière au démarrage et 17 transactions de financement aux étapes ultérieures.

Plus du tiers de toutes les transactions de technologies financières ont eu lieu dans le domaine des cryptoactifs, malgré un ralentissement dans ce marché, a souligné KPMG.

La baisse des investissements dans la technologie financière intervient dans un contexte de déclin plus large du secteur, qui a incité plusieurs entreprises en démarrage et grandes entreprises technologiques à mettre à pied des travailleurs et à réduire leurs dépenses.

« Le ralentissement du marché et la baisse des valorisations technologiques qui en a découlé ont amené les investisseurs à appuyer sur le bouton « pause » au cours des derniers mois, mais avec tant d’investissements dans les technologies financières l’an dernier, nous voyons cela comme un rééquilibrage des attentes, ou comme une remise à zéro du secteur, si vous voulez », a observé le chef national des services financiers chez KPMG au Canada, Geoff Rush, dans un communiqué.

« Nous nous attendons à ce que le secteur des technologies financières continue de susciter de l’intérêt au deuxième semestre de l’année, mais les investisseurs seront plus sélectifs quant à l’endroit où ils déploieront leurs capitaux. »