Bill Gates
Photo : World Economic Forum [CC BY 2.0 (https://creativecommons.org/licenses/by/2.0)]

Le fondateur de Microsoft est revenu à la première place du classement des milliardaires, après le divorce survenu entre Jeff Bezos et sa conjointe.

Cela faisait deux ans que Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, avait ravi la première place des plus grandes fortunes mondiales, calculées par Bloomberg. Bill Gates, longtemps demeuré en tête, avait été doublé par son compatriote.

UNE DIFFÉRENCE D’UN MILLIARD

Mais le divorce du couple Jeff et Mackenzie Bezos a eu un effet important sur la fortune du patron d’Amazon. L’ex-Madame Bezos a gardé 4 % du capital de l’entreprise de commerce en ligne, soit pas moins de 35 milliards de dollars américains. Ces actifs faisaient partie du patrimoine familial du couple Bezos auparavant.

Bill Gates est donc de retour au sommet du classement, avec ses 110 milliards de dollars américains. Son ascension est aussi aidée par la progression de la valeur des actions de Microsoft, qui a crû de 48 % cette année, note Le Journal de Montréal.

Jeff Bezos doit se contenter de la deuxième position avec un milliard de moins.

PARTAGE RIME AVEC MARIAGE

S’ils étaient québécois, les Bezos auraient également dû partager leur patrimoine familial. Mais ce partage n’aurait eu lieu qu’en raison de leur mariage.

Au Québec, les conjoints de fait n’ont aucune obligation de partager leurs patrimoines respectifs, même s’ils vivent ensemble depuis des décennies. Un conjoint de fait n’a aucun droit à la résidence familiale, ni au partage des biens, ni à une pension alimentaire.

Seule une convention de vie commune peut contraindre à un tel partage ou au versement d’une indemnité, en précisant les conditions financières d’une séparation. Ce document permet de poser noir sur blanc le mode de séparation des biens si la relation commune venait à s’arrêter.

Bien entendu, cette convention de vie commune est à rédiger quand tout va bien, et qu’il est possible de poser les choses par écrit. Même si à ce moment, on peine à envisager que tout se mette à aller mal…