Juge au tribunal
Photo : Andriy Popov / 123RF

Le régulateur français de la Bourse a infligé une amende de cinq millions d’euros à l’agence de presse Bloomberg pour avoir diffusé de fausses informations qui ont provoqué la chute de la valeur d’une action.

En 2016, Bloomberg a repris un faux communiqué de presse, sans le vérifier. L’agence de presse a ainsi annoncé à tort que le géant français de la construction Vinci allait réviser ses comptes en raison d’irrégularités très graves et qu’il mettait à pied son directeur financier, rapporte La Presse.

BLOOMBERG VICTIME? 

L’Autorité des marchés financiers de la France a accusé Bloomberg d’avoir provoqué artificiellement la chute de 18,28 % de la valeur de l’action de Vinci, à cause de l’absence de vérification des faits avancés. Bloomberg n’a pas respecté les règles du journalisme, selon le régulateur français.

À l’époque, Vinci avait réfuté les informations publiées par Bloomberg. L’entreprise avait même déposé une plainte pour diffusion de fausses informations de nature à agir sur les cours, escroquerie en bande organisée, et contrefaçon d’œuvre de l’esprit.

Bloomberg se dit elle-même victime du canular qu’elle a relayé. Le faux communiqué mentionnait le nom du vrai relationniste de Vinci, mais il pointait vers un site différent de celui de la firme.

La Commission des sanctions a suivi les réquisitions du régulateur français de la Bourse en punissant Bloomberg de l’amende de cinq millions d’euros demandée.