Homme d'affaire s'apprêtant à faire éclater une bulle avec une aiguille.
Photo : 123RF

L’attachement de la Réserve fédérale américaine (Fed) pour de bas taux d’intérêt entretient une bulle sur les marchés d’actifs.

Depuis la crise financière de 2008, la Fed maintient une politique de faibles taux d’intérêt, qui a porté les taux réels à leur plus bas historique.

La banque centrale américaine avait entrepris de relever ses taux au cours de l’année 2018, avant d’interrompre son action face aux incertitudes planant sur la croissance américaine.

Mais ce maintien des taux d’intérêt à un faible niveau fait courir un risque à l’économie, prévient Lawrence Summers, l’ancien secrétaire au Trésor de Bill Clinton, qui a aussi dirigé le Conseil économique national sous Barack Obama, dans des propos rapportés par Bloomberg.

DES SOMMETS TROP HAUTS POUR ÊTRE BEAUX?

De faibles taux d’intérêt risquent de survaloriser les actifs, créant la possibilité de voir naître des bulles boursières.

La politique actuelle de la Fed vise à encourager les investisseurs à placer leur argent dans l’économie productive, afin d’y trouver de meilleurs rendements que des titres à revenus, quitte à prendre davantage de risques.

Mais un autre risque est de voir ces actifs plus beaux qu’ils sont, participant à créer une bulle boursière autour de ces titres. Les sommets historiques atteints par les marchés d’actions seraient alors un signe de la survalorisation en cours.

Seules de meilleures perspectives sur l’économie américaine encourageraient la Fed à reprendre sa remontée des taux d’intérêt. Rassurée sur la croissance, sa priorité redeviendrait alors la lutte contre l’inflation… ce qui tendrait à dégonfler les bulles boursières.