Escargot monté d'un homme d'affaires inquiet.
Kittitee Pangwang / 123RF

Le Conference Board du Canada s’attend à une croissance du produit intérieur brut (PIB) du Canada de 1,9 % en 2019, en retrait comparativement à 2018 où un gain de 2,1 % est prévu cette année.

Ce nouveau ralentissement survient après un premier fléchissement en 2018. Le taux de croissance de 2,1 % attendu cette année est déjà en recul par rapport à celui enregistré en 2017 (3,0 %).

CONSOMMATION RALENTIE

Ce tassement demeure mesuré. Il s’expliquerait d’abord par un ralentissement de la consommation intérieure. « Les dépenses de consommation ont été le moteur de la croissance économique au cours des dernières années, mais les Canadiens resserrent les cordons de leur bourse », observe Matthew Stewart, directeur Prévisions nationales du Conference Board.

Parmi les raisons de cette moindre consommation, le Conference Board cite la hausse des taux d’intérêt et la moindre croissance de l’emploi.

Le secteur de l’énergie ne prête pas non plus à l’optimisme. La faiblesse des prix du pétrole devrait empêcher le développement des investissements dans ce secteur, d’autant plus que le gouvernement de l’Alberta a réduit la production, pointe le Conference Board.

REPRISE DES INVESTISSEMENTS HORS ÉNERGIE

En dehors du secteur de l’énergie, les investissements des entreprises canadiennes pourraient connaître une légère reprise. Le Conference Board croit cependant que leur rendement restera inférieur à celui de « bon nombre de nos partenaires commerciaux ».

Ces investissements pourraient être stimulés par la signature de l’Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM), et par les mesures fédérales permettant l’amortissement accéléré de certains types d’investissements.