Photo : wwing / istockphoto

Pour de nombreux ménages canadiens, la pandémie actuelle n’est pas seulement une crise sanitaire, mais aussi financière. Les demandes d’assurance-emploi grimpent en flèche, et bien que les mesures de soutien du gouvernement puissent aider, de nombreuses personnes auront du mal à payer leurs factures, soutient un récent article de Morningstar.

Le Canada a récemment annoncé son plan de réponse économique COVID-19 pour tenter de stabiliser l’économie du pays. Le plan comprend des mesures de soutien du revenu à court et à long terme, y compris des changements à l’admissibilité à l’assurance-emploi.

Compte tenu de ces développements, voici quelques sources de revenu supplémentaires, qui pourraient être utiles selon le cas de chacun.

  • Vos propres réserves de liquidité

Le point de départ pour toute personne à la recherche de liquidités d’urgence devrait être un fonds d’urgence, spécialement consacré à des moments comme celui-ci. Étant donné que les fonds d’urgence sont censés offrir un accès rapide aux espèces, ils doivent être conservés à l’abri de l’impôt et inclure des investissements très liquides comme les comptes d’épargne bancaire, les comptes du marché monétaire, etc. Un fonds d’urgence devrait idéalement contenir au moins de trois à six mois de frais de subsistance; les retraités devraient viser d’un à deux ans de retraits prévus.

  • Actifs à faible risque dans les comptes non enregistrés

En supposant que vous avez épuisé votre fonds d’urgence et que vous avez encore besoin de liquidités, votre prochaine étape devrait être de jeter un œil aux autres avoirs imposables que vous avez : les investissements dans les comptes de courtage, en dehors des produits à l’abri de l’impôt. Lorsque vous identifiez les titres que vous pourriez vendre pour recueillir des fonds, concentrez-vous sur la liquidité, les conséquences fiscales et les commissions que vous devrez payer afin de vendre.

  • Retraits nécessaires dans des comptes enregistrés et immobilisés

Ce n’est pas parce que votre argent est dans un compte « immobilisé » qu’il est hors de portée si vous avez un besoin urgent. Les comptes de retraite immobilisés (CRI), les fonds de revenu viager ou les fonds de revenu de retraite immobilisés peuvent ne pas être légalement utilisés jusqu’à un certain âge, mais ils ont des dispositions qui permettent un accès spécial en cas de difficultés financières.

L’admissibilité à un accès spécial à vos fonds dépend de la province dans laquelle le compte a été créé. Une demande pour ces types de retraits doit être soumise à votre institution financière, avec les raisons des retraits. Par exemple, en Ontario, les raisons comprennent le faible revenu prévu, le paiement du loyer du premier et du dernier mois sur une résidence principale, les arriérés de loyer ou les versements hypothécaires et les raisons médicales.

  • L’assurance vie

Les valeurs de rachat qui se sont accumulées dans votre assurance vie entière ou votre police d’assurance vie universelle variable peuvent être une autre source décente de liquidités d’urgence. Vous pouvez retirer de l’argent tout de suite et le déduire de la valeur nominale de votre police.

  • Un prêt hypothécaire inversé

Un prêt hypothécaire inversé permet aux propriétaires de plus de 55 ans de recevoir un ensemble d’actifs qui représente la valeur nette de leur logement. Les propriétaires n’ont pas à rembourser le prêt tant qu’ils sont chez eux, mais lorsqu’ils partent, le montant emprunté, plus les intérêts, est déduit de la valeur de la maison. L’admissibilité à un prêt hypothécaire inversé dépendra de l’emplacement de votre maison, du type de maison, de la valeur estimée et de l’état de la maison. Les taux des prêts hypothécaires inversés peuvent varier considérablement. Donc, si un tel prêt vous plaît, vous devrez faire le tour et lire les petits caractères; ces prêts peuvent être coûteux et compliqués.