Photo : samuraitop / 123RF

Les gouvernements et les autorités de réglementation devraient établir des lignes directrices pour permettre la créativité tout en encourageant les investissements, comme en instituant un « bac à sable » où des approches innovantes peuvent être testées, selon un nouveau rapport.

Le C.D. Howe Institute Crisis Working Group on Monetary and Financial Measures soutient que de telles initiatives augmenteraient la confiance des prêteurs et des investisseurs lorsqu’ils s’engagent auprès des entreprises.

Le groupe, coprésidé par David Dodge, ancien gouverneur de la Banque du Canada, et Mark Zelmer, ancien surintendant adjoint au Bureau du surintendant des institutions financières, a également abordé des questions telles que l’adoption décevante de certaines mesures de soutien offertes par les gouvernements, l’incertitude quant aux réponses politiques futures à la pandémie, les stratégies pour exploiter d’importants bassins d’épargne parmi les investisseurs institutionnels et de détail, ainsi que les principes qui devraient guider le soutien futur du gouvernement.

À cet effet, l’institut émet les recommandations suivantes :

  • Les gouvernements devraient fournir une feuille de route claire sur la manière dont ils réagiront à l’évolution de la pandémie d’un point de vue sanitaire et économique;
  • Ils devraient clarifier le plan à moyen terme pour un retour à la viabilité budgétaire;
  • L’État et les autorités de réglementation devraient établir des lignes directrices pour l’établissement d’un bac à sable permettant l’expérimentation entre les entreprises à la recherche de capitaux et les prêteurs et investisseurs qui cherchent à les fournir. Les actions et les investissements assimilables à ces titres devraient être priorisés;
  • Dans le cadre de ces lignes directrices, les décideurs devraient veiller à ce que les règles n’entravent pas les investissements institutionnels nationaux et étrangers;
  • Ils devraient également rechercher des moyens d’exploiter l’épargne des investisseurs de détail, notamment par des placements collectifs;
  • Tout programme de crédit gouvernemental, que l’État assure une garantie ou agisse en tant que coprêteur, devrait fournir un rendement au contribuable proportionnel au risque pris par le gouvernement, ainsi qu’inciter les créanciers à effectuer des évaluations de crédit complètes et à négocier les prêts en fonction des conditions commerciales;
  • Le gouvernement devrait prendre en considération le large éventail d’institutions financières qui pourraient avoir accès à ces dispositions et expliquer clairement la raison de les inclure ou les exclure pour chaque type particulier de mesure;
  • L’État devrait préciser son plan de modification des programmes d’aide au fil du temps en fonction d’indicateurs objectifs des conditions économiques.

La rédaction vous recommande :