Réserve fédérale américaine
Photo : Mesut Dogan / 123RF

La Réserve fédérale (Fed) a signalé mercredi qu’elle pourrait agir plus tôt que prévu dans le resserrement de sa politique monétaire et le redressement des faibles taux d’intérêt, qui ont contribué à alimenter une reprise rapide dans la foulée de la récession pandémique, mais qui ont également coïncidé avec une hausse de l’inflation.

Les décideurs de la Fed ont prévu d’augmenter leur taux d’intérêt de référence à court terme, qui influence de nombreux prêts à la consommation et aux entreprises, à deux reprises d’ici la fin de 2023. Ils avaient précédemment estimé qu’aucune hausse de taux n’aurait lieu avant 2024.

Dans un communiqué publié au terme de sa dernière rencontre politique, la Fed a également affirmé qu’elle s’attendait à ce que la pandémie ait un impact décroissant sur l’économie à mesure que les taux de vaccination augmentent, ce qui devrait permettre une croissance plus importante.

Dans son communiqué, la banque centrale a fait valoir que les progrès des vaccinations avaient réduit la propagation de la COVID-19 aux États-Unis et que les indicateurs de l’activité économique s’étaient renforcés.

La Fed a également relevé ses prévisions d’inflation à 3,4 % d’ici la fin de cette année, contre 2,4 % dans sa projection précédente, en mars. Pourtant, les responsables prévoient que les augmentations de prix resteront modérées au cours des deux années suivantes. Cette perspective reflète l’opinion du président de la banque centrale, Jerome Powell, selon laquelle les pics d’inflation actuels découlent principalement de pénuries d’approvisionnement et d’autres effets temporaires de la réouverture rapide de l’économie après la pandémie.

En plus d’avoir fixé son taux directeur près de zéro depuis mars de l’année dernière, la Fed a réalisé des achats d’obligations du Trésor et hypothécaires totalisant 120 milliards de dollars américains par mois pour tenter de maintenir les taux à long terme, en encourageant les emprunts et les dépenses.

Les observateurs croient généralement que les responsables de la Fed ont commencé à discuter d’une réduction de ces achats obligataires mensuels lors de sa réunion de deux jours qui s’est terminée mercredi. Cela marquerait une première étape dans le retrait de ses efforts pour stimuler l’économie.

La déclaration écrite de la Fed publiée mercredi ne faisait aucune mention d’une telle réduction des achats d’obligations, mais le sujet sera certainement abordé lors d’une conférence de presse de Jerome Powell qui devait avoir lieu plus tard mercredi.