Photo : PonyWang / istockphoto

La capitalisation boursière composée des 25 plus grandes banques du monde a chuté de près de 25 % au premier trimestre de 2020, par rapport au trimestre précédent, selon GlobalData.

Cette baisse de 24,5 % représente une perte de 800 milliards de dollars américians (1 125 G$ CA). L’indice de capitalisation boursière composé (MCap) de ces 25 mastodontes des services financiers s’établit désormais à 2,3 billions de dollars américains (3,2 billions canadiens).

Seule la Banque de Chine s’en tire, avec une croissance de 6,5 % par rapport au trimestre précédent. Sa capitalisation boursière de 158,4 G$ US (222,8 G$ CA) au 31 mars 2020 la plaçait au 6e rang des grandes banques publiques, en hausse de trois rangs.

« La tendance générale à la baisse du MCap dans les 25 plus grandes banques reflète la gravité de la situation que l’économie mondiale affronte, soutient Anindyas Biswas, analyste des profils d’entreprise à GlobalData. En date du 31 mars 2020, le S&P 500 et le Dow Jones ont fermé avec des baisses respectives de 20 % et 23,2 %, marquant le pire trimestre de leur histoire. »

LES BANQUES CANADIENNES PROGRESSENT

Malgré une baisse de 21,99 % de sa capitalisation boursière, la Banque Scotia grimpe au classement de la 26e à la 19e position. Elle compte maintenant sur 52,6 G$ US (74 G$ CA) de capitaux en Bourse. 

La Banque Royale du Canada reste la mieux classée des banques canadiennes, passant de la 11e à la 10e place, malgré une baisse de valeur en bourse de -15,61 %. Elle jouit d’une capitalisation de 94,2 G$ US (132,5 G$ CA), contre 81,6 G$ US (114,8 G$ CA) pour la Banque TD. Cette dernière, malgré une perte de 17,96 %, gagne aussi du terrain, passant du 13e au 12e échelon.

DES BANQUES SOUS LE CHOC

Certaines banques ont carrément été évincées du top 25. Il s’agit de BNP Paribas, Banco Bradesco, PNC Financial et Bancon Santander. Elles ont été remplacées par Industrial Bank, PT Bank Central Asia et Shanghai Pudong Development Bank. Malgré une chute de 36,70 % de sa valeur en Bourse, JPMorgan Chase reste en tête du peloton. 

Pas moins de quatre banques américaines ont connu une chute de plus de 40 % de leur capitalisation boursière. Il s’agit de Bank of America (-41,53 %), Wells Fargo (-48,42 %), Citigroup (-49,33 %) et U.S. Bancorp (-43,41 %). 

LA CHINE RÉSISTE

« Bien que la Chine ait été l’épicentre de l’éclosion de la COVID-19 il n’y a pas si longtemps, le secteur financier chinois s’est bien remis et le gouvernement est intervenu pour réduire les exigences de ratio des réserves obligatoires, explique Anindyas Biswas. Cela a permis d’injecter 115 G$ US (161,8 G$ CA) dans les marchés financiers, aux côtés de la vente d’obligations gouvernementales sur les marchés et l’introduction de 428 G$ US (602 G$ CA) pour s’assurer que les banques et l’économie en général ne connaissent pas de ralentissement majeur. »

Devant la possibilité d’une deuxième grande dépression, les institutions financières dans le monde ont été avisées d’utiliser une partie de leurs réserves, d’encourager l’utilisation de leurs produits et services numériques et de faire preuve de flexibilité envers les emprunteurs. Les banques de la région Asie-Pacifique, notamment, pourraient faire face à une augmentation des actifs non performants et des pertes de crédit.