Jeune entrepreneur fortuné et billets de banque virevoltant autour.
Photo : alphaspirit / 123RF

Tandis que la pandémie de COVID-19 détruisait des dizaines de millions d’emplois aux États-Unis, elle a permis à quelques centaines d’ultra-riches américains d’accroître leur fortune, rapporte l’Agence France-Presse.

Entre le 18 mars et le 19 mai, les 600 personnes les plus riches de l’autre côté de la frontière ont ainsi vu leurs avoirs bondir de 434 milliards de dollars, soit une hausse de près de 15 % en deux mois, selon des données publiées jeudi par le magazine Forbes.

Les principaux bénéficiaires de la crise due au coronavirus ont été les dirigeants de compagnies liées de près ou de loin aux achats en ligne et aux réseaux sociaux. Les mesures de confinement de la population ainsi que la fermeture des restaurants, des magasins et des centres commerciaux ont donné un nouvel élan à ces secteurs d’activité, souligne l’AFP.

LES VOYAGES ET L’HÔTELLERIE DANS LE ROUGE

La valeur des titres d’Amazon, de Facebook et des sociétés dans le domaine des nouvelles technologies a fortement grimpé en Bourse. Entre les mois de mars et de mai, la fortune de Jeff Bezos (Amazon) a ainsi progressé de plus de 30 %. Celle de Mark Zuckerberg (Facebook) a bondi de 46 %, selon un rapport d’Americans for Tax Fairness et de l’Institute for Policy Studies, qui ont compilé les données de Forbes.

Depuis l’entrée en vigueur des premières mesures de confinement aux États-Unis à la mi-mars, la valeur du titre Facebook a par ailleurs gagné près de 60 %, tandis que celle de l’action d’Amazon a crû de 45 %, celle de Netflix, de 46 %, et celle d’Apple, de 31 %. En revanche, les milliardaires de secteurs directement affectés par la pandémie, comme ceux des voyages, de l’hôtellerie ou de la vente au détail ont vu leur fortune fondre durant cette même période, note l’AFP.