Photo : Witthaya Prasongsin / 123RF

Le montant que doivent les Canadiens par rapport à leur revenu a augmenté au quatrième trimestre de l’an dernier, la croissance de leur dette ayant légèrement dépassé celle de leur revenu, a indiqué jeudi Statistique Canada.

Selon l’agence fédérale, la dette des ménages sur le marché du crédit, exprimée en proportion de leur revenu, a augmenté pour s’établir à 178,5 % au quatrième trimestre. Cela se compare à une lecture révisée de 178,3 % pour le troisième trimestre.

Autrement dit, les ménages détenaient 1,79 $ de dette sur le marché du crédit pour chaque dollar de leur revenu disponible.

Aux yeux de Josh Nye, économiste principal à la Banque Royale, ces chiffres mettent en lumière le défi que doivent relever les consommateurs.

« Il faudra que la croissance des revenus des ménages dépasse celle de la dette pendant une longue période pour parvenir à une amélioration significative du ratio de la dette au revenu », a écrit M. Nye dans un rapport.

« Nous n’observons pas encore cela. »

M. Nye a noté que le ratio du service de la dette avait augmenté pour un cinquième trimestre consécutif, pour égaler un record.

Le ratio du service de la dette des ménages, soit le total des paiements obligatoires de capital et d’intérêts en proportion du revenu disponible des ménages sur le marché du crédit, a augmenté pour s’établir à 14,9 % ce trimestre, contre 14,7 % au troisième trimestre.

« Même si nous ne nous attendons pas à ce que la Banque du Canada augmente les taux de nouveau avant plus tard cette année, le ratio du service de la dette devrait encore progresser légèrement au cours des prochains trimestres, les propriétaires renouvelant leurs emprunts à taux fixe à des taux d’intérêt plus élevés », a poursuivi M. Nye.

La hausse des emprunts au quatrième trimestre a contribué à alimenter la hausse des deux principaux ratios d’endettement.

Sur une base désaisonnalisée, les ménages ont emprunté 21,2 milliards de dollars au quatrième trimestre, a précisé Statistique Canada, alors que la demande de prêts hypothécaires a augmenté de 2,3 milliards pour atteindre 12,3 milliards de dollars.

Toutefois, malgré l’augmentation annuelle enregistrée au quatrième trimestre, les emprunts sur le marché du crédit des ménages ont diminué de 19,5 % pour s’établir à 84,6 milliards en 2018, soit le niveau le plus faible d’emprunt depuis 2014.

La dette hypothécaire a atteint près de 1 440 milliards, tandis que les prêts à la consommation et les prêts non hypothécaires totalisaient 769,4 milliards.

Plus tôt ce mois-ci, Equifax Canada a indiqué que les retards dans les paiements des consommateurs avaient augmenté au quatrième trimestre de 2018 et l’agence de surveillance du crédit a prévenu que la hausse des taux de délinquance deviendrait probablement la norme cette année.

Le taux de délinquance lié aux retards de 90 jours pour les paiements des prêts hypothécaires a augmenté de 1,5 % par rapport au quatrième trimestre de 2017, pour atteindre 0,18 % à la fin de l’année dernière.

Le taux comparable pour les prêts non hypothécaires a augmenté de 0,4 % à 1,07 %.