Femme avec les doigts croisés, qui se mord la lèvre et semble espérer quelque chose.
Photo : Deagreez / iStock

Après une première moitié de l’année lamentable sur les marchés des actions et des obligations, les investisseurs et les conseillers ne s’attendent pas à une grande amélioration au troisième trimestre, selon la dernière enquête de FNB Horizons (Canada).

L’indice composé S&P/TSX a terminé les six premiers mois de l’année en baisse de 11 % après avoir chuté de plus de 13 % au deuxième trimestre. Le sentiment des investisseurs a chuté en conséquence : seulement 37 % des investisseurs étaient optimistes à l’égard des actions canadiennes, selon le sondage trimestriel d’Horizons, soit une baisse de 16 points de pourcentage.

Les conseillers sont restés optimistes à l’égard du marché canadien, le sentiment ayant augmenté de quatre points de pourcentage par rapport au trimestre précédent pour atteindre 52 %.

Les actions du secteur de l’énergie ont été un rare point positif au cours du dernier trimestre, l’indice plafonné de l’énergie S&P/TSX ayant enregistré un rendement modeste de 2,66 %. Les conseillers ont légèrement augmenté leur optimisme à l’égard de ce secteur pour atteindre 44 % au troisième trimestre, tandis que le sentiment des investisseurs a chuté de 26 points de pourcentage pour atteindre 41 % d’optimisme.

Les matières premières ont fourni un certain abri contre l’inflation au cours du premier semestre de l’année, constate Mark Noble, vice-président exécutif de la stratégie des FNB chez Horizons, dans un communiqué.

« Cependant, avec les craintes de récession et de ralentissement du développement qui se profilent à l’horizon, couplées aux surplus d’offres de certaines matières premières qui se matérialisent maintenant, il semble qu’il y ait un sentiment croissant que nos yeux étaient plus gros que nos estomacs en ce qui concerne notre appétit pour la consommation de matières premières », précise-t-il.

Les conseillers et les investisseurs sont devenus baissiers sur les valeurs financières après que l’indice plafonné des valeurs financières S&P/TSX ait chuté de 12,90 % au deuxième trimestre.

En ce qui concerne les actions américaines, les conseillers et les investisseurs sont restés divisés sur leurs perspectives pour le troisième trimestre. Le S&P 500 est entré dans un marché baissier le mois dernier et a enregistré son pire premier semestre depuis 1970, avec une chute de 16,45 % au deuxième trimestre. Le Nasdaq 100 a chuté de près de 30 % au cours des six premiers mois.

Le sentiment haussier sur le S&P 500 a baissé à 37 % pour les conseillers, contre 38 % pour les baissiers ; les investisseurs étaient également partagés entre 37 % de haussiers et de baissiers.

Beaucoup d’investisseurs et de conseillers ont été pris au dépourvu par les baisses au sud de la frontière, après que les valeurs technologiques aient fourni des rendements élevés ces dernières années, commente Mark Noble dans son communiqué.

« Mais avec l’érosion de la plupart des classes d’actifs et des actions internationales au cours du dernier trimestre, le sentiment dominant est que cela vaut encore la peine d’être exposé aux États-Unis, surtout s’il y a une chance que les tendances à la baisse s’inversent », a-t-il ajouté.

Les flux de fonds négociés en Bourse (FNB) en juin ont témoigné de ce sentiment morose. Près de 700 millions de dollars (M$) sont sortis des FNB canadiens le mois dernier, le premier mois négatif depuis avant la pandémie et le plus grand prélèvement depuis 2013.

Les FNB d’actions ont perdu 2,2 milliards de dollars (G$) en juin, selon la Financière Banque Nationale. Les FNB à revenu fixe ont été l’exception, tirant 2 G$, malgré un début d’année historiquement mauvais pour les obligations.

L’enquête d’Horizons a révélé que les investisseurs et les conseillers restaient baissiers sur les bons du Trésor américain.

Malgré l’effondrement de près de 60 % du prix du bitcoin au deuxième trimestre, les investisseurs sont restés légèrement plus optimistes que pessimistes à l’égard de la cryptomonnaie : 38 % d’optimistes (12 points de pourcentage de moins qu’au trimestre précédent) contre 35 % de pessimistes. Les conseillers sont passés en territoire baissier sur le bitcoin.

Les flux des FNB le mois dernier ont reflété la baisse du sentiment, les FNB de cryptoactifs ayant enregistré des rachats de 697 M$.

Horizons a déclaré que 894 investisseurs et 209 conseillers ont répondu à son enquête trimestrielle, qui a été menée en ligne du 23 juin au 1er juillet. Les enquêtes en ligne ne peuvent pas se voir attribuer une marge d’erreur, car elles ne constituent pas un échantillon aléatoire de la population.