Jeune couple travaillant à l'ordinateur.
Photo : fizkes / iStock

La COVID-19 a eu des répercussions importantes sur le cheminement de carrière des Québécois. Ainsi, près d’un travailleur sur quatre (22%) dit avoir été forcé de prendre des décisions dommageables pour sa carrière. Cette proportion grimpe à 51 % chez les 18 à 24 ans, dont la progression scolaire et professionnelle a pu être entravée de manière plus importante par la situation sanitaire. Ce sont là les conclusions d’un sondage mené pour le compte d’AXTRA, l’Alliance des centres-conseils en emploi.

Ils sont aussi nombreux (35 %) à avoir considéré, ou effectué, un changement d’emploi ou de carrière en raison de la crise sanitaire.

« Ces chiffres nous confirment l’effet inégal de la crise sur les différentes tranches d’âge et groupes de la population. Si certains ont été contraints de changer de secteurs d’activité en raison des mesures sanitaires, d’autres ont dû revoir leurs priorités en raison de la pandémie », déclare Valérie Roy, directrice générale d’AXTRA, qui regroupe 95 centres-conseils en emploi à travers la province. Ceux-ci offrent des services gratuits en matière de recherche d’emploi, de changement de carrière ou de retour sur le marché du travail.

SOUTIEN ET CONSEILS

Parce que ce n’est pas toujours simple de réfléchir à son avenir professionnel, le tiers des répondants au sondage aimerait recevoir du soutien afin de prendre de bonnes décisions, un taux qui bondit à plus de 50 % chez les moins de 35 ans. Si la moitié des répondants affirme connaître les centres-conseils en emploi, le quart d’entre eux ne sait pas comment passer à l’action lorsqu’ils souhaitent changer d’emploi.

Pour les aider, AXTRA a mis en ligne la plateforme TrouvetonX.ca qui sert à faire connaître l’éventail de ses services. Grâce à la géolocalisation, les utilisateurs sont dirigés rapidement vers l’un des centres correspondant le mieux à leurs besoins et leur profil.

Chaque année, les centres-conseils en emploi accompagnent quelque 80 000 personnes.