Photo : ginasanders / 123RF

La priorité numéro un des Canadiens en 2023 est le remboursement des dettes, selon le sondage annuel sur les priorités financières de la Banque Canadienne Impériale de Commerce, repris par Financial Post. Ainsi, 18 % des répondants placent cela avant le paiement de leurs factures (17 %) et la croissance de leurs investissements (14 %).

Ce résultat n’est guère étonnant puisque 25 % des Canadiens avouent s’être davantage endettés que l’an dernier, principalement en raison du coût de la vie (47 %), des dépenses quotidiennes supérieures au revenu mensuel (34 %), des urgences financières imprévues (16 %), du coût plus élevé des emprunts (16 %) et des réparations domiciliaires (14 %).

« La conjoncture économique actuelle a, de façon compréhensible, incité les Canadiens à réévaluer leurs priorités financières pour 2023, analyse Carissa Lucreziano, vice-présidente des conseils financiers et de placement de la Banque CIBC, dans un communiqué de presse. Lorsque les choses semblent incertaines, il est important que les gens se concentrent sur ce qui est dans leur sphère de contrôle. »

Le sondage met également de l’avant les objectifs secondaires des Canadiens. Parmi ceux-ci, on peut citer :

  • épargner le plus possible (25 %),
  • éviter de s’endetter davantage (24 %),
  •  épargner pour des vacances (21 %)
  • et réduire les dépenses discrétionnaires (18 %).

Cette année, l’on constate également une baisse de la confiance financière des sondés. Plus de la moitié d’entre eux (55 %) estiment devoir mieux gérer leur argent cette année. Parmi leurs principales préoccupations, on trouve :

  • l’inflation (65 %),
  • la hausse des taux d’intérêt (30 %)
  • et les craintes de récession (24 %).

En fait une grande majorité de Canadiens (73 %) craignent qu’une récession n’ait lieu cette année et que cela ait un impact sur leur planification. Plusieurs craignent même pour leur sécurité d’emploi.

Cette crainte n’est pas sans fondement, puisque le Canada s’est appauvri de plus de 500 milliards de dollars au troisième trimestre de 2022 et que la plupart des économistes s’attendent à ce que le pays entre en récession au cours du premier semestre de 2023.

Toutefois, nombre de répondants (62 %) se sentent financièrement prêts à faire face à une situation de ce genre.  Carissa Lucreziano recommande aux autres de consulter leur conseiller pour y voir plus clair.

« Un professionnel de la finance peut aider les Canadiens à planifier les imprévus et à se sentir en confiance face aux défis de l’année à venir, rappelle-t-elle. Que vous soyez sur la bonne voie pour atteindre vos objectifs financiers en 2023 ou que vous soyez inquiet de ce que l’avenir peut vous réserver, nous vous recommandons de rechercher les conseils d’un expert financier qui pourra vous aider à mettre en œuvre un plan pour réaliser vos ambitions cette année. »

Le sondage a été mené auprès de 1 523 adultes canadiens.