Photo : alphaspirit / 123RF

Longtemps plombée par une faible croissance de la productivité, l’économie canadienne a connu un sursaut de productivité en 2020. Une grande partie de cette augmentation était due aux effets de distorsion temporaires des fermetures. L’effet d’un passage à plus long terme au travail à distance reste à voir, indique une nouvelle étude de Statistique Canada.

L’organisme statistique national a indiqué que la productivité du travail a bondi de 3,8 % au quatrième trimestre de 2020, par rapport à 2019, marquant ainsi l’une des plus fortes augmentations depuis 1981.

Selon ses recherches, environ deux tiers de l’augmentation proviennent d’importantes variations de la production, des heures travaillées et de la productivité dues à la pandémie.

« Les industries qui ont affiché des baisses plus importantes de la production et des heures travaillées au cours du premier semestre de 2020, en raison des politiques de mise sur pause, ont également connu des rebonds plus importants au cours du second semestre de 2020, lorsque de nombreuses entreprises non essentielles ont rouvert leurs portes », indique le rapport.

Le tiers restant de la croissance de la productivité enregistrée provient d’une réaffectation de la main-d’œuvre vers les industries engagées dans des activités essentielles.

« Bien que de nombreuses réorientations entre les activités de production essentielles et non essentielles se soient inversées au cours de l’année 2020, considérées sur l’ensemble de l’année, ces réorientations ont représenté environ un tiers de la forte croissance de la productivité du travail en 2020 », selon l’étude.

« L’effet positif global des changements structurels suggère que les heures ont été réaffectées à des secteurs plus productifs et que les activités non essentielles sont relativement moins productives », précise-t-elle.

La question qui reste à résoudre est de savoir si le passage à plus long terme au travail à distance aura un impact plus durable sur la productivité du travail. Les premières données ne sont pas claires.

« Un changement permanent possible associé à la pandémie est l’adoption généralisée du travail à domicile, prédit l’étude. Cependant, aucune preuve concluante n’a été trouvée pour montrer que le travail à domicile augmente ou réduit les performances de productivité de l’industrie. »

En fait, elle a constaté qu’« il y a peu de corrélation entre la capacité d’une industrie à pratiquer le télétravail en 2019 et la croissance de la productivité du travail de cette industrie en 2020 ».