Pièces de monnaie canadienne.
Photo : osarieme / 123RF

Le dollar canadien a enregistré mercredi sa meilleure séance en environ cinq semaines, après que la Banque du Canada a été la première au monde à s’ajuster au rebond économique, plus vigoureux que prévu.

Le huard a atteint un sommet de 80,27 cents US, glissant sous la barre des 80 cents US à la fin de la séance. Son cours moyen de la journée s’est établi à 79,78 cents US, en hausse par rapport à celui de 79,54 cents US de la veille.

Cet envol était attribuable à la décision de la banque centrale canadienne de réduire ses achats d’obligations. La banque a en outre suggéré que la forte inflation renouerait avec sa cible de 2,0 % plus tôt que prévu précédemment, et a fait passer de 4,0 % à 6,5 % sa prévision de croissance économique pour 2021.

« C’est vraiment une admission que la reprise économique va un peu plus vite que tout le monde ne le pensait et que ce sera une très grosse affaire à travers le monde, pour le reste de l’année », a estimé Greg Taylor, directeur des investissements chez Purpose Investments.

Selon lui, il est important de noter que la Banque du Canada a été la première grande banque à diminuer ses achats d’obligations et que cela est survenu un peu plus tôt que tout le monde ne s’y attendait.

Depuis que la pandémie de COVID-19 a frappé l’année dernière, les plus grandes forces sur les marchés financiers ont été les banques centrales, qui se sont engagées dans des opérations d’assouplissement quantitatif pour maintenir les taux d’intérêt artificiellement bas.

« Et si les banques centrales commencent un peu à lever le pied et à supprimer une partie de ces mesures de relance, ce sera vraiment important pour les marchés de voir s’ils peuvent voler de leurs propres ailes », a-t-il affirmé lors d’une entrevue.

La plupart des observateurs pensaient que de telles décisions étaient plus susceptibles d’être prises en 2022 ou 2023.

« Cela commence à arriver un peu plus tôt, ce qui, je pense, est davantage une reconnaissance par les banques que les choses se sont un peu mieux passées que tout le monde ne le croyait. »

La plupart des gens s’attendaient à ce que les hausses des taux d’intérêt ne se produisent pas avant 2023, mais cela va être devancé si d’autres banques centrales commencent à prendre des décisions similaires, a déclaré Greg Taylor.

La Banque centrale européenne publiera son prochain rapport jeudi et la Réserve fédérale des États-Unis se réunira la semaine prochaine.

Entre-temps, l’indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a grimpé de 102,47 points pour terminer la séance avec 19 143,25 points.

Les secteurs des matériaux, des technologies de l’information et de la santé étaient parmi ceux qui ont avancé mercredi.

À New York, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a pris 316,01 points à 34 137,31 points, tandis que l’indice élargi S&P 500 a gagné 38,48 points à 4173,42 points. L’indice composé du Nasdaq a pour sa part pris 163,95 points à 13 950,22 points.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a rendu 1,32 $ US à 61,35 $ US le baril, tandis que celui de l’or a progressé de 14,70 $ US à 1793,10 $ US l’once. Le prix du cuivre s’est apprécié quant à lui de 6,6 cents US pour terminer la journée près de 4,28 $ US la livre.