Conseiller placé devant un enchevêtrement de routes.
Photo : alphaspirit / 123RF

L’indice d’incertitude des politiques économiques a atteint un niveau record cette année, alors qu’il affichait déjà une tendance haussière depuis 2018, constate Desjardins dans une note de conjoncture publiée lundi.

Son auteure, Carine Bergevin-Chammah, indique que les facteurs à l’origine de cette flambée de l’indice mondial sont de plusieurs ordres : montée du protectionnisme, conflits commerciaux et ralentissement marqué de l’économie mondiale, qui apportent « énormément d’incertitude ».

« Le sentiment plus pessimiste par rapport à l’économie se fait également sentir sur le marché obligataire alors que les taux souverains se sont fortement affaiblis. Les obligations des gouvernements canadiens et américains, entre autres, sont considérées comme sécuritaires en temps de turbulence. Une plus grande demande pour celles-ci lorsque les incertitudes sont élevées fait pression à la baisse sur les taux qui évoluent en sens inverse du prix », détaille l’économiste.

UNE HAUSSE DE L’INDICE INQUIÉTANTE POUR LES MARCHÉS

Cette dernière précise que des recherches effectuées par ses créateurs concluent également qu’une hausse de l’indice d’incertitude « tend à être négative sur les marchés financiers en augmentant les écarts de crédit et en amenant plus de volatilité ainsi que des reculs sur les marchés boursiers ». En plus, une telle hausse « peut avoir des effets macroéconomiques néfastes, particulièrement si elle reste élevée sur une longue période de temps ». Outre ses effets sur les marchés financiers, un niveau d’incertitude élevé en matière de politiques économiques risque, entre autres, de « décourager l’investissement, repousser les gros achats, ralentir la production industrielle et, plus généralement, pénaliser la croissance », estime Carine Bergevin-Chammah.

Toutefois, ajoute l’économiste, « cette variable n’est pas l’unique explication des récentes difficultés économiques et financières à l’échelle mondiale », même si elle y contribue et mérite d’être surveillée afin de fournir des indications sur la direction que prendra l’économie au cours des prochains mois. « Sans résolution des tensions internationales, l’indice risque de demeurer élevé et de faire pression sur l’économie mondiale », conclut-elle.

L’indice d’incertitude des politiques économiques est un indicateur surveillé par plusieurs grandes institutions, dont le Fonds monétaire international. Mis sur pied par un groupe d’économistes, il recense le nombre de mentions des mots reliés aux politiques économiques et à l’incertitude dans les articles en ligne des grands journaux de plusieurs pays industrialisés. Une hausse de ce « baromètre » de l’opinion indique une plus grande fréquence que la moyenne historique des mentions liées à l’incertitude des politiques économiques.