Flèches de haut en bas sur une échelle en blocs de bois, flèches montantes et inclinées, crise financière, concept de stagflation.
ThitareeSarmkasat / iStock

Alors que la menace d’une stagflation à la mode des années 70 se précise, l’environnement mondial du crédit est en train de changer, selon Fitch Ratings.

Dans un nouveau rapport, l’agence de notation indique que les retombées économiques de l’invasion russe en Ukraine ont bouleversé les perspectives macroéconomiques mondiales et modifié fondamentalement les scénarios de risque plausibles.

« Les perspectives de resserrement monétaire se sont considérablement accrues, tout comme le risque de stagflation, où les taux d’intérêt et l’inflation augmentent plus rapidement dans un contexte de croissance plus faible que prévu », résume Fitch Ratings.

La possibilité d’un scénario de stagflation mondiale modifie, à son tour, les perspectives de crédit.

Selon l’agence de notation, les effets de la stagflation mondiale « se feraient surtout sentir dans les secteurs les plus exposés à la hausse des coûts des intrants, à la volatilité accrue des marchés et au resserrement des conditions de financement ».

Il s’agit notamment des secteurs de l’industrie et des voyages, ainsi que des sociétés financières et des valeurs mobilières, en particulier sur les marchés émergents.

Dans le même temps, l’augmentation des incertitudes macroéconomiques, financières et géopolitiques s’ajoutera aux risques posés par les bulles d’actifs, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, la transition climatique et le secteur financier chinois, constate Fitch Ratings.

Parmi les autres risques émergents figurent l’augmentation des cybermenaces et les effets continus des perturbations liées aux pandémies.