Photo : rostislavsedlacek / 123RF

Un peu moins de la moitié des travailleurs canadiens (46 %) affirment que leur stress financier nuit à leur rendement au travail, selon un sondage de l’Association canadienne de la paie (ACP). Les employeurs, qui ont une position privilégiée pour renforcer le bien-être de leurs employés, devraient donc les aider.

Le président de l’ACP, Peter Tzanetakis, estime que le stress financier a un effet néfaste sur les employés ainsi que sur la « baisse de la productivité, l’absentéisme à la hausse et le taux de rotation élevé du personnel », souligne-t-il dans un communiqué diffusé mercredi.

Pour lui, l’employeur devrait agir afin d’améliorer le bien-être de ses employés. « Les employeurs jouissent d’une position unique pour solidifier le bien-être financier de leurs employés en leur offrant des ressources ou méthodes de gestion financière pour les aider à épargner », affirme-t-il.

Parmi les personnes interrogées dans le cadre du sondage de l’ACP, 53 % des employés disent pouvoir bénéficier de l’option « Payez-vous d’abord! », qui leur permet de virer une partie de leur salaire dans un compte d’épargne ou d’épargne-retraite séparé au moyen de retenues automatiques sur leur paie. Mais seulement 56 % de ces sondés utilisent cette option.

La plupart des employés avouent ne pas surveiller leurs finances de près. Ainsi, seuls 36 % d’entre eux vérifient leur bulletin de paie lorsqu’ils le reçoivent. Ceci implique que la grande majorité des employés estiment que leur paie sera exacte.

UNE SITUATION PRÉCAIRE

De nombreux Canadiens affirment être accablés par les dettes. Selon les résultats des sondages, un peu moins de la moitié des travailleurs (44 %) vivent d’un chèque de paie à l’autre.

Si le pourcentage est moindre par rapport à 2008, où 59 % des Canadiens disaient être écrasés par leurs dettes, le pourcentage de Canadiens affirmant avoir des dettes (40 %) est toutefois plus haut qu’en 2017, où 35 % des employés disaient en posséder. La principale cause de cette hausse du taux de l’endettement selon l’ACP est l’augmentation des dépenses globales.

La plupart des répondants disent d’ailleurs être particulièrement préoccupés par l’augmentation du coût de la vie et la hausse du taux d’intérêt par rapport au taux d’intérêt de leur prêt hypothécaire.

L’ACP estime que d’autres augmentations du taux d’intérêt ou un ralentissement économique pourraient nuire à la capacité d’épargne, à la gestion de l’endettement et à la planification fiscale de nombre de travailleurs. Les cinq hausses du taux d’intérêt de la Banque du Canada depuis l’été 2017 risquent déjà d’avoir un gros effet sur les détenteurs d’une hypothèque à intérêt variable ou sur le point d’être renouvelée.

Malgré cela, environ la moitié des répondants (47 %) se disent mal à l’aise de discuter de leurs dettes avec leur conjoint.

DES OUTILS POUR LEUR BIEN-ÊTRE FINANCIER

Afin d’aider les Canadiens, l’ACP a développé plusieurs outils de bien-être financier. Ils ont ainsi créé la vidéo de littératie financière Comprendre sa paie, afin d’aider les jeunes au travail à mieux appréhender leur bulletin de salaire.

L’ACP a également développé Payez-vous d’abord!, un guide sur le bien-être financier destiné aux travailleurs afin de leur expliquer, entre autres, comment profiter des programmes d’épargne de leur employeur. Dans ce guide, l’ACP explique également à l’employeur comment établir le programme Payez-vous d’abord! pour leurs employés.