Alberto Giacomazzi / 123RF

L’histoire prouve que, sur la durée, la tendance haussière finit (presque) toujours par l’emporter et que, par conséquent, le temps est le meilleur allié de l’épargnant, estime ZoneBourse.

Dans une courte analyse étayée par une série de graphiques, le site spécialisé français rappelle en préambule le vieil adage financier selon lequel « les marchés haussiers ne durent jamais; les marchés baissiers non plus ». Or, souligne-t-il, cette variation boursière du célèbre « après la pluie, le beau temps » (qui peut d’ailleurs se décliner dans les deux sens) semble plus que jamais d’actualité. En effet, au fil des mois, investisseurs et observateurs se questionnent à qui mieux mieux pour tenter d’évaluer la date à laquelle surviendra la prochaine crise.

Plutôt que de se demander à quel moment interviendra la « correction tant redoutée depuis 2008 », les spécialistes feraient mieux de relire leurs classiques… et de cesser de s’inquiéter, suggère en filigrane ZoneBourse. La raison? « L’histoire montre que, sur la durée, le temps est l’allié de l’épargnant. »

« IN FINE, C’EST TOUJOURS LA HAUSSE QUI L’EMPORTE »

À l’appui de ce raisonnement, le site web met en avant les travaux du courtier américain Charles Schwab, qui publie régulièrement diverses données provenant de son « Schwab Center for Financial Research ». Et parmi ces informations, on trouve un graphique mettant en parallèle la durée et l’amplitude des marchés baissiers et haussiers au cours du demi-siècle écoulé. L’idée du courtier? « Montrer à ses clients et futurs clients que les phases haussières et baissières se succèdent sur les marchés et que, in fine, c’est la hausse qui l’emporte », résume ZoneBourse.

L’analyse du graphique de Schwab mène à deux conclusions, selon le site web :

• Les marchés haussiers durent en moyenne 2 254 jours (75 mois, soit six ans et deux mois), tandis que les marchés baissiers, eux, durent « seulement » 505 jours (17 mois, soit un an et cinq mois).

• Les marchés haussiers affichent une hausse moyenne de 214 % alors que les marchés baissiers entraînent une baisse moyenne de 39 %.

« FAIRE DES CHOIX RAISONNABLES ET DIVERSIFIER LE RISQUE »

Ce qui est intéressant, souligne le site web, c’est que d’autres travaux viennent corroborer ces résultats. Ainsi, une recherche de First Trust menée sur une plus longue période encore (de 1926 à 2018) montrent que la tendance à plus long terme suit les mêmes règles. Dans cette analyse, les résultats sont les suivants :

• Les marchés haussiers durent en moyenne six ans et demi et affichent une hausse cumulée de 339 %

• Les marchés baissiers durent un peu moins d’un an et demi et montrent une perte cumulée de 38 %.

Conclusion de ZoneBourse : « L’investisseur de long terme sort toujours gagnant, à condition de faire des choix raisonnables et de bien diversifier son risque. Cela n’empêche pas de trembler lorsque les marchés s’effondrent, mais cela permet de relativiser pendant ces périodes compliquées. »