Photo : Le Moal Olivier / 123RF

Si le prix de l’once d’or a dépassé pour la première fois le seuil des 2 000 dollars américains, ce record est à relativiser.

Ce record surpasse celui de 2011, l’année de la dernière forte hausse du métal jaune, quand l’once d’or valait 1 920 $ US, indique Radio-Canada.

La flambée de la valeur refuge ne s’est jamais interrompue depuis le début de la pandémie de COVID-19. La volatilité des marchés, ponctuée d’une forte baisse des marchés d’actions en mars puis de leur remontée en quelques semaines, pousse les investisseurs à se protéger en acquérant le métal précieux, comme lors de chaque période de crise.

Toutefois, le constat n’est pas le même si on regarde le prix de l’or en tenant compte de l’inflation.

À la fin des années 1970, le prix de l’once d’or n’était certes que de 900 dollars américains. Mais en appliquant l’inflation observée depuis ces 40 dernières années, ces 900 $ US en vaudraient de 2 700 à 2 800 $ US aujourd’hui, souligne Clément Gignac, vice-président principal et économiste en chef à Industrielle Alliance Groupe financier, en entrevue avec Radio-Canada.

Le record de 2 000 $ US est donc encore bien en deçà de ce niveau. Et c’est sans compter que la progression du prix de l’or pourrait être entravée si les États-Unis décidaient de mettre sur le marché une partie de leurs réserves en or, croit l’ancien ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation du Québec.