Photo : ipopba / istockphoto

Avec l’arrivée de nouvelles technologies, la transformation de plusieurs industries est inévitable. PwC estime que chaque année, de 5 à 10 % des rôles professionnels connaissent un changement. La firme a d’ailleurs publié un rapport sur le perfectionnement de la main-d’œuvre dans le secteur bancaire canadien.

On peut y lire qu’alors que les banques lancent de nouveaux outils numériques (tels la visualisation des données, les robots conversationnels, le traitement du langage naturel et l’analytique), elles savent également reconnaître l’importance de préparer leur personnel en vue d’adopter de nouvelles méthodes de travail numériques.

« Avec le perfectionnement de leur personnel actuel, les banques canadiennes dégagent une nouvelle énergie et un attrait qui leur permettront de réinventer le possible tout en restant concurrentielles dans un monde numérique, explique Jennifer Johnson, leader nationale, Services financiers, PwC Canada. Elles peuvent tirer profit de la valeur de leur investissement pour concevoir les solutions novatrices et personnalisées que leurs clients recherchent et créer une expérience plus percutante et plus significative pour leur personnel. »

LA FORMATION EN AVANT

PwC rapporte que 77 % des hauts dirigeants du secteur des services bancaires et des marchés financiers se disent préoccupés par la disponibilité des compétences clés. Pour cette raison, plusieurs d’entre eux lancent davantage de programmes de formation et, surtout, innovent en matière d’environnement de travail afin de satisfaire aux besoins d’une main-d’œuvre qualifiée de plus en plus rare.

« Certaines institutions financières au pays ont déjà amorcé leur transformation numérique pour répondre aux demandes sans cesse grandissantes du marché. Les institutions québécoises sont assurément des exemples en la matière alors qu’elles ont entamé depuis quelques années le développement des compétences de leur main-d’œuvre, et ce, de manière à être prêtes pour l’avenir. En intégrant de nouveaux outils numériques à leurs opérations, c’est l’ensemble de la fonction financière qui en bénéficiera grâce à des gains de productivités importants qui, à leur tour, permettront d’offrir encore plus de valeur dans l’expérience offerte aux consommateurs », explique Andrew Paterson, leader des Services financiers pour le Québec à PwC Canada.