Un homme d'affaires se couvre les yeux car il ne peut pas regarder un graphique boursier descendant et l'ombre sinistre d'un ours qui est projetée sur le mur au-dessus de lui.
DNY59 / iStock

La plupart des Canadiens croient que leur pays est en récession et que les prix à la consommation vont continuer d’augmenter dans un avenir prévisible.

Un vaste sondage a été réalisé par Léger auprès de répondants du Canada et des États-Unis sur des questions telles que les projets de voyage, les retards dans les aéroports et l’inflation.

Plus de 80% des répondants canadiens ont dit qu’ils pensaient que les prix continueraient d’augmenter, et 59% ont affirmé que le Canada est en récession économique.

Ce n’est probablement pas une bonne nouvelle pour les économistes ou les propriétaires d’entreprise, selon le vice-président de Léger, Andrew Enns. À son avis, «c’est une sorte de question indirecte sur ce que vous pensez de l’économie. Entre cela et la hausse de l’inflation et le resserrement des budgets des ménages, cela n’encouragera probablement pas beaucoup les dépenses de consommation.»

Les perspectives étaient tout aussi sombres aux États-Unis lorsque le sondage a été réalisé entre les 8 et 10 juillet, car 64% des répondants ont déclaré que les États-Unis étaient en récession, tandis que 19% ont admis ne pas le savoir. Mais seulement 66% des Américains pensent que les prix vont continuer à augmenter et 16% ont déclaré que les choses commençaient à s’améliorer.

LES ANNULATIONS PRÉOCCUPENT

Les annulations de vols, les retards et les longues files d’attente préoccupent 53% des répondants canadiens au sujet des aéroports, tandis que 43% ont déclaré ne pas être préoccupés et seulement 3% ont affirmé qu’ils n’étaient pas au courant des problèmes.

Une proportion tout aussi faible, 4%, a déclaré qu’elle ignorait l’existence de longues files d’attente aux bureaux de Service Canada et de retards dans l’obtention des passeports, preuve probable de l’importance de ces deux problèmes dans l’actualité ces derniers mois.

Malgré les nombreux reportages sur les retards de passeport, moins de la moitié des Canadiens interrogés ont soutenu être préoccupés par le problème, tandis que 50% ont indiqué que ce n’était pas inquiétant.

«Je pense que pour être vraiment saisi par ce problème, vous devez soit avoir un voyage à venir et probablement aussi constater la date d’expiration prochaine de votre passeport», selon Andrew Enns.

Plus de la moitié des Canadiens qui ont répondu au sondage ont déclaré qu’ils prévoyaient se déplacer dans leur propre province, et 28% ont dit qu’ils voyageraient à l’intérieur du Canada. Un peu plus d’un quart ont déclaré qu’ils se rendraient à l’étranger, avec 16% d’entre eux qui prévoyaient aller aux États-Unis.

Les répondants des États-Unis n’ont pas été interrogés sur la question des passeports, mais 45% d’entre eux ont déclaré être préoccupés par les problèmes de voyage. Un autre 13% ont dit qu’ils n’étaient pas au courant du problème. Seulement 18% ont déclaré que cela les avait amenés à modifier considérablement leurs projets de vacances.

Les personnes âgées de moins de 35 ans étaient plus susceptibles de dire qu’elles changeaient leurs plans, et également plus susceptibles de planifier un voyage à l’étranger.

Il semble se dégager du sondage Léger un consensus sur la nature du problème, 68% des Canadiens et 54% des Américains affirmant qu’ils pensent que les pénuries de personnel sont à blâmer. Mais 38% des répondants des États-Unis disent que ce sont les compagnies aériennes qui manquent de personnel, tandis que 43% des Canadiens pensent que ce sont les aéroports eux-mêmes.

Une proportion similaire — 18% au Canada et 17% aux États-Unis — a imputé la responsabilité aux restrictions gouvernementales liées à la COVID-19.

Au Canada, les répondants des provinces des Prairies étaient plus susceptibles de croire que les règles liées à la crise sanitaire étaient le problème, et ceux du Canada atlantique et du Québec étaient plus susceptibles de blâmer la gestion dans les aéroports.

Le sondage en ligne a été répondu par 1538 répondants du Canada et 1002 autres des États-Unis. On ne peut lui attribuer de marge d’erreur.