Banques en contre-plongée
Photo : Elijah-Lovkoff / istockphoto

Les patrons des grandes banques canadiennes affirment que la pandémie de COVID-19 a forcé leurs entreprises à s’ajuster rapidement aux nouvelles habitudes des consommateurs tout en adoptant une approche prudente pour combattre les pressions économiques.

S’exprimant lors du sommet financier annuel de la Banque Scotia, qui se tient de façon virtuelle cette année, les dirigeants ont affirmé qu’ils ont passé les derniers mois à regarder les Canadiens arrêter de dépenser et mettre de l’argent de côté parce que leur carrière avait été touchée par la COVID-19 ou parce que les entreprises qu’ils fréquentaient avaient fermé leurs portes.

Le patron de la Banque Scotia, Brian Porter, a souligné que la situation lui avait rappelé que les bonnes entreprises investissaient dans les moments difficiles, mais que de son côté il essayait toujours de rester discipliné et de donner la priorité aux dépenses liées à la réglementation et à l’expérience client, par rapport aux autres coûts.

Il a ajouté que la banque avait reporté certaines dépenses pour des éléments qui auraient agréables, mais qui n’étaient pas critiques pour les activités en temps de pandémie.

Le chef de la direction de la Banque Royale, Dave McKay, a pour sa part expliqué que sa banque observait de nombreuses activités et dépenses liées aux prêts hypothécaires et aux dépôts. Il s’attend toutefois à ce que ces coûts reviennent à la normale un jour.

Il dit garder un œil sur les faibles taux d’intérêt, puisqu’il sait que cela mettra au défi les dépenses. Il assure en outre avoir l’intention de concentrer les capitaux sur des domaines qui stimuleront la croissance, comme l’embauche de nouveaux conseillers.