Homme d'affaire avec des longues-vues.
Photo : kurhan / 123RF

Les perspectives économiques mondiales s’assombrissant, les Services économiques TD réduisent leurs prévisions provinciales pour 2022.

Dans un nouveau rapport, les économistes de la banque ont abaissé leurs prévisions de croissance du PIB pour la plupart des provinces de 0,1 à 0,9 point de pourcentage, citant les effets négatifs de l’inflation et de la hausse des taux d’intérêt sur les dépenses des ménages et des entreprises dans tout le pays.

« La bonne nouvelle, c’est que la plupart des économies régionales semblent avoir entamé l’été en bonne forme, ce qui laisse un coussin pour absorber ces chocs », indique le rapport.

Les provinces de l’Atlantique sont les plus touchées par l’inflation, étant donné la part plus importante de l’alimentation et de l’énergie dans le budget des ménages de la région, note le rapport.

Les provinces des Prairies et la Colombie-Britannique sont les mieux placées, selon le rapport, car les bénéfices de la hausse des prix des produits de base aident à compenser « les vents contraires financiers sur les ménages de ces régions ».

L’Alberta est considérée comme le chef de file cette année avec une croissance du PIB réel prévue de 5,5 %, suivie de la Saskatchewan (4,9 %) et de la Colombie-Britannique (3,6 %).

À l’autre bout du spectre, Terre-Neuve-et-Labrador devrait connaître une croissance de seulement 1,4 %, la Nouvelle-Écosse de 1,9 % et le Nouveau-Brunswick de 2 %.

Le rapport indique également que les marchés du logement devraient s’affaiblir dans tout le pays cette année.

« Les ventes de maisons sont en baisse dans presque toutes les provinces depuis février, tandis que les prix moyens des maisons ont chuté en Alberta, en Colombie-Britannique et surtout en Ontario, constate le rapport. Nous pensons qu’il reste encore du chemin à parcourir pour les marchés avec la montée des taux, et nous prévoyons des baisses continues des ventes et des prix des maisons pour le reste de l’année. »