Photo : Niphon Subsri / 123RF

Un sous-gouverneur de la Banque du Canada a estimé jeudi que les banques centrales devraient avoir leur propre monnaie numérique prête pour présenter une solution de rechange si elles décidaient d’interdire l’utilisation de celle actuellement développée par Facebook.

Le géant des réseaux sociaux a passé les 16 derniers mois à développer une monnaie numérique qu’il appelle Libra.

Le sous-gouverneur de la Banque du Canada Timothy Lane a affirmé que l’incursion de Facebook dans le marché des devises numériques pourrait aider les populations marginalisées à rejoindre l’économie mondiale et améliorer les paiements transfrontaliers.

Mais si les autorités réglementaires décidaient de bloquer l’utilisation de la Libra dans un pays donné, M. Lane croit que la banque centrale de ce pays devrait pouvoir proposer sa propre monnaie numérique, prête à être utilisée, comme solution de remplacement.

La Banque du Canada développe sa propre monnaie numérique à « une bonne cadence », selon ce qu’a indiqué jeudi M. Lane.

Le sous-gouverneur a fait ces commentaires dans le cadre d’un panel en ligne organisé par la Central Bank Payments Conference.