Homme d'affaires pourchassé par une boule de démotion.
Photo : Akos Nagy / 123RF

La décision de la Banque du Canada de mettre fin à ses achats d’obligations d’État pour stimuler l’économie pendant la pandémie et ses avertissements d’une hausse des taux plus tôt que prévu auront un impact sur les efforts du gouvernement fédéral pour élaborer un plan de gestion de la dette.

Selon les propres estimations de la banque, son programme de rachat d’obligations a fait baisser les taux d’intérêt sur la dette publique à court terme de 10 points de base, soit un dixième de point de pourcentage.

Cela a également probablement incité les acheteurs à considérer davantage les obligations à long terme qui offrent de la dette aux taux d’intérêt peu élevés d’aujourd’hui.

La décision de la banque mercredi de mettre fin au programme, connu sous le nom d’assouplissement quantitatif, et de prévoir une hausse des taux plus tôt que prévu a contribué à augmenter les rendements des obligations à court et moyen terme.

À mesure que les taux augmenteront, le montant que le gouvernement devra payer augmentera également, ce qui, selon un expert, pourrait rendre les libéraux plus prudents face aux dépenses déficitaires et à la dette elle-même.

Rebekah Young, directrice de l’économie fiscale et provinciale de la Banque Scotia, a également déclaré que les coûts de la dette fédérale devraient rester faibles par rapport aux normes historiques, même si les taux s’approchent des niveaux d’avant la pandémie, mais cela pourrait changer en raison de l’imprévisibilité de la pandémie.

Le directeur parlementaire du budget a précédemment estimé qu’une hausse soudaine d’un point de pourcentage des taux pourrait augmenter les frais de la dette publique de 4,5 milliards de dollars (G$), pour atteindre 12,8 G$ de plus après cinq ans.

« Je pense que cela changera le langage utilisé par le gouvernement et qu’il y aura un pivot cette année », a déclaré Rebekah Young à propos de la dette et de la hausse des taux.

« Les taux d’intérêt actuels vont commencer à augmenter et il suffirait donc d’un choc moins important pour que ces chiffres (de la dette) commencent à paraître moins acceptables. »

Lors d’un entretien avec la Chambre de commerce du Canada mercredi, la ministre des Finances, Chrystia Freeland, a établi un lien entre les finances du gouvernement et la décision de mettre fin à l’aide financière pour certains travailleurs et entreprises touchés par la pandémie.

« Vos membres ? sont des gens qui pensent à la dette, qui pensent au déficit, a-t-elle déclaré. Je veux vous dire les gars, je le fais aussi. Veuillez garder cela à l’esprit lorsque vous pensez à notre annonce de la semaine dernière. »

Le gouvernement consulte chaque année sur la façon de gérer sa dette, qui s’élève maintenant à 1100 milliards $. Un document sur les consultations de ce mois-ci a fait allusion à l’intérêt du gouvernement à contracter de la dette à plus long terme.

Rebekah Young a déclaré que le gouvernement dispose d’une fenêtre limitée pour capitaliser sur ces taux bas avant qu’une montagne de dette obligataire n’arrive à échéance au cours des deux prochains exercices, qui devra être refinancée à des taux plus élevés.

Sherry Cooper, économiste en chef chez Dominion Lending Centres, note que depuis septembre, les rendements des obligations à cinq ans du gouvernement fédéral ont bondi de 75 %.

Après l’annonce de la banque centrale mercredi, les rendements des obligations à court et moyen terme ont bondi, et ce ne devrait être qu’un début.

La Banque du Canada a également suggéré qu’elle pourrait commencer à hausser son taux directeur de 0,25 % à partir du deuxième trimestre de 2022, trois mois plus tôt que prévu.

L’économiste en chef de la BMO, Douglas Porter, s’attend à ce que la banque augmente les taux tous les trois mois d’un quart de point de pourcentage à partir d’avril, ce qui porterait le taux cible à 1% d’ici la fin de l’année prochaine.

Il s’attend à ce que ce rythme se poursuive jusqu’à la fin de 2023, ramenant le taux aux niveaux d’avant la pandémie.

« De toute évidence, les risques penchent vers un mouvement encore plus précoce et, oui, la possibilité d’une cadence plus rapide et un point d’arrivée encore plus élevé », a écrit Douglas Porter dans une note mercredi.