Un couple inquiet
Photo : Wavebreakmedia / istockphoto

Il n’est pas facile de rester serein quand les marchés boursiers chutent et qu’on s’apprête à puiser dans son épargne pour financer sa retraite.

La grande volatilité des marchés, particulièrement leur chute depuis une semaine, frappe durement les investisseurs proches du départ à la retraite. C’est qu’ils n’ont plus le temps d’attendre que les marchés remontent pour alimenter leur pécule de retraite.

Dans une période de fortes secousses financières, il est habituellement recommandé de rester calme et de patienter le temps que les marchés retrouvent leur niveau d’avant la crise. Mais quand on veut prendre sa retraite à la fin de l’année, le stress risque de prendre le dessus. En retirant ses investissements maintenant, le futur retraité encaisse une perte et il perd ses rendements à venir, qui seront issus du prochain redressement des marchés.

Pourtant, il existe des options pour s’éviter de paniquer, indique MarketWatch.

La première des choses à faire est d’examiner le plan financier, notamment comment il était prévu de faire face à la volatilité. Il s’agit de respecter ce plan, plutôt que de modifier la répartition des actifs, ce qui entraînerait des pertes.

DÉCAISSER ET LAISSER ALLER

C’est aussi le moment de vérifier la part de fonds prudents et de liquidités dans le portefeuille du futur retraité. Celui-ci devrait disposer de suffisamment d’actifs insensibles à la volatilité de manière à pouvoir décaisser de cinq à sept années de trésorerie. Cela lui laissera le temps de voir les marchés financiers retrouver des couleurs, et renouer avec les rendements sur la partie plus vigoureuse de son portefeuille. Les investissements ont le temps de rebondir, pendant que le retraité puise dans ses actifs prudents ou liquides.

Si le stress est trop important, le futur retraité pourrait ultimement retirer l’équivalent d’une année de dépenses personnelles. Il pourrait alors cesser de s’inquiéter en permanence, et commencer à réfléchir à moyen terme.

Enfin, il reste une dernière option : retarder le moment de partir à la retraite. Le futur retraité est ainsi assuré de disposer de davantage de fonds au moment de quitter le marché du travail. Mais cela peut le contraindre à revoir ses plans de vie à court terme.