Photo : MicroStockHub / istockphoto

La Banque mondiale, pour expliquer sa position, a ainsi évoqué la guerre de la Russie contre l’Ukraine, la perspective de pénuries alimentaires généralisées et les inquiétudes quant au retour potentiel de la « stagflation », un mélange toxique d’inflation élevée et de croissance atone, jamais vu depuis plus de quatre décennies.

L’agence anti-pauvreté de 189 pays a prédit mardi que l’économie mondiale augmenterait de 2,9 % cette année. Il s’agirait d’une baisse par rapport à la croissance mondiale de 5,7 % enregistrée en 2021 et à celle de 4,1 % qu’il avait prévue en janvier pour 2022.

« Pour de nombreux pays, la récession sera difficile à éviter », a souligné le président de la Banque mondiale, David Malpass.

L’agence ne prévoit pas une situation beaucoup plus brillante en 2023 et 2024: elle n’anticipe qu’une croissance mondiale de 3 % pour les deux années.

Pour les États-Unis, la Banque mondiale a abaissé sa prévision de croissance à 2,5 % cette année, par rapport à 5,7 % en 2021 et à sa prévision de 3,7 % de janvier. Pour les 19 pays européens qui partagent l’euro, elle a abaissé les perspectives de croissance à 2,5 % cette année contre 5,4 % l’an dernier et sa prévision de 4,2 % de janvier.

En Chine, deuxième économie mondiale après les États-Unis, la Banque mondiale s’attend à ce que la croissance ralentisse à 4,3 % contre 8,1 % l’an dernier. Les politiques chinoises « zéro COVID », impliquant des confinements draconiens à Shanghai et dans d’autres villes, ont paralysé la vie économique. Le gouvernement chinois fournit une aide pour atténuer les difficultés économiques.

Les économies des marchés émergents et en développement devraient collectivement croître de 3,4 % cette année, en décélération par rapport à une progression de 6,6 % en 2021.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a gravement perturbé le commerce mondial de l’énergie et du blé, frappant une économie mondiale qui s’était vigoureusement remise de la pandémie de coronavirus. En conséquence, les prix déjà élevés des produits de base ont encore augmenté, menaçant la disponibilité de denrées alimentaires abordables dans les pays pauvres.

« Il existe un risque grave de malnutrition et d’aggravation de la faim, voire de famine », a prévenu David Malpass.

La Banque mondiale s’attend à ce que les prix du pétrole augmentent de 42 % cette année et que les prix des matières premières hors énergie grimpent de près de 18 %. Mais il prévoit que les prix du pétrole et des autres matières premières chuteront de 8 % en 2023. Il a comparé la flambée actuelle des prix de l’énergie et des denrées alimentaires aux chocs pétroliers des années 1970.

« Des chocs négatifs supplémentaires », a averti l’agence dans son nouveau rapport sur les perspectives économiques mondiales, « augmenteront la possibilité que l’économie mondiale connaisse une période de stagflation qui rappelle les années 1970 ».

La perspective d’une stagflation pose un dilemme à la Réserve fédérale et aux autres banques centrales: si elles continuent à augmenter les taux d’intérêt pour lutter contre l’inflation, elles risquent de provoquer une récession. Mais si elles essaient de stimuler leur économie, ils risquent de faire grimper les prix et de faire de l’inflation un problème encore plus insoluble.

La Banque mondiale a rappelé que la précédente période de stagflation avait nécessité des hausses de taux si fortes qu’elles avaient fait basculer le monde dans la récession et provoqué une série de crises financières dans les pays pauvres en développement.