Photo : Brian Jackson / 123RF

Le Syndicat des Métallos entend lancer le débat de la protection des régimes de retraite durant la campagne des élections fédérales de l’an prochain.

Les membres du Syndicat des Métallos ont rencontré plus de 150 députés fédéraux pour leur demander de faire avancer des projets de loi accordant la priorité aux réclamations des travailleurs découlant de régimes de retraite.

TRAVAILLEURS VOLÉS?

Inquiet de précédents tels que Nortel et Sears, le syndicat espère que les partis politiques s’empareront de ce thème durant les élections de 2019. Les pensions et les avantages sociaux ne sont nullement protégés lorsqu’une entreprise fait l’objet d’une restructuration en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) ou fait faillite, s’inquiète l’organisation syndicale.

« Les régimes de retraites sont des salaires différés et, une fois les banques et les créanciers payés, il ne reste rien pour les travailleurs, ce qui équivaut à du vol », affirme Ken Neumann, le président du Syndicat des Métallos, qui croit que les Canadiens devraient s’indigner des lois qui font reposer les risques d’insolvabilité sur les régimes de retraite avant d’autres créanciers.

Quatre projets de loi sont présentement devant la Chambre des communes et le Sénat. Deux projets de loi visent à accorder la priorité aux réclamations des travailleurs découlant de régimes de retraite sous-capitalisés et de l’élimination des avantages sociaux.

Un projet de loi veut assurer un statut prioritaire aux réclamations des régimes de retraite, tandis qu’un dernier demande à ce que l’entreprise obtienne une autorisation en vertu de la LACC, avant de mettre en œuvre les programmes de rétention des cadres dirigeants.