Photo : Ion Chiosea / 123RF

Nombreux sont les politiciens, artistes ou encore dirigeants d’entreprise à s’être mis les pieds dans les plats après avoir publié des commentaires ou des photos plus ou moins judicieuses sur les réseaux sociaux. Les fraudeurs devront dorénavant se méfier eux aussi.

L’administration fiscale française va lancer dès l’an prochain un programme expérimental visant à traquer les fraudeurs de l’impôt grâce à leurs publications sur les réseaux sociaux, rapporte Le Figaro.

Par exemple, un contribuable qui déclare des revenus peu élevés, mais qui inonde son compte Instagram de photos de sa dernière balade en Porsche sur la Côte d’Azur courra le risque de recevoir un petit appel du fisc. Le service des impôts pourra en effet utiliser comme preuve de telles informations rendues publiques dans le cadre de ses vérifications fiscales.

Outre révéler une incohérence entre le revenu déclaré d’un individu et le train de vie qu’il affiche en ligne, le programme expérimental vise également à identifier les Français qui prétendent résider à l’étranger, mais qui, dans les faits, semblent passer le plus clair de leur temps au pays.

Cette intégration des réseaux sociaux dans le processus de vérification fiscale en France fait partie d’un vaste plan antifraude mis en place au mois d’octobre. Ce plan prévoit notamment un plus grand partage de données entre les différentes administrations « afin de cibler les contrôles sur les cas qui suscitent le plus de soupçons ».

INSOLVABLE MON ŒIL!

Quand ce n’est pas les fraudeurs eux-mêmes qui se compromettent sur les réseaux sociaux, ce sont bien souvent leurs enfants. The Telegraph a déjà rapporté de nombreux cas où de riches héritiers adorant afficher leur mode de vie ostentatoire en ligne ont mis leurs parents dans de beaux draps.

Dans un cas de recouvrement de créance, un homme avait par exemple déclaré qu’il n’avait aucun bien de valeur. Son insolvabilité a toutefois rapidement été mise en doute lorsque l’un de ses enfants s’est fièrement photographié sur le yacht de 22 millions de dollars de la famille aux Bahamas.

Des enquêteurs ont également réussi à établir une liste de propriétés valant plus de 60 M$ appartenant à un homme qui, lui aussi, se disait pourtant insolvable. Comment ont-ils réussi? En se servant des données de géolocalisation de ses enfants, qui aimaient bien aller faire la fête dans les nombreuses villas de papa…