wklzzz / 123RF

La banque UBS versera un montant de 1,5 M$ US à son ancienne courtière vedette Christine Carona, à la suite d’une décision arbitrale.

Christine Carona avait affirmé avoir été victime de discrimination fondée sur le sexe, de la part de son ancien employeur et de son directeur de la succursale UBS Group AG de Boston, relève ThinkAdvisor.

REPRÉSAILLES APRÈS UNE PLAINTE

La décision arbitrale a retenu l’accusation. La banque de gestion de fortune et son directeur de succursale avaient nui à la carrière de la courtière en la traitant différemment de ses collègues masculins, souligne la décision arbitrale.

UBS et le directeur de succursale avaient aussi exercé des représailles après que Mme Carona se fut plainte à plusieurs reprises au service des ressources humaines.

Sur le 1,5 million, l’ancienne courtière n’empochera vraiment que 600 000$, le reste servant à payer les frais juridiques.

UBS PROTESTE

« Christine Carona est une source d’inspiration pour tous ceux qui ont été victimes de discrimination sexuelle », a déclaré son avocat Dan Rabinovitz.

« UBS s’engage à offrir un lieu de travail diversifié et inclusif à tous ses collaborateurs, a réagi la banque suisse. Nous ne sommes pas d’accord avec la décision de l’arbitre. »

En 2017, année où Forbes l’a placée dans son « America’s top women wealth advisors »,  Christine Carona a intégré la banque Morgan Stanley, où elle est vice-présidente principale en gestion de patrimoine à la succursale de Boston.

Cette affaire de discrimination sexuelle n’est pas nouvelle dans le secteur financier américain. En 2016, l’ex-courtière Maureen Sherry avait relaté son expérience professionnelle à Wall Street, sous une forme romancée, dans son livre Opening Belle. Elle y narrait les blagues salaces qu’elle avait entendue, et les nombreuses discriminations qu’elle avait subies.