Homme et femme devant un ordinateur portable.
Photo : filadendron / iStock

La période actuelle est la plus propice depuis longtemps pour lancer des conversations avec les clients au sujet de leur sécurité financière à long terme.

Il n’est pas rare de voir des clients s’inquiéter de leurs besoins financiers et d’assurance lorsqu’un problème vient toucher une personne de leur entourage.

Avec la pandémie, la probabilité qu’un risque se matérialise est venue sensibiliser toute la population en peu de temps. Les clients sont devenus plus nombreux à s’inquiéter de leur capacité à faire face à une invalidité ou de leur planification successorale, observe Think Advisor.

Il est devenu plus courant de voir des clients aborder d’eux-mêmes le sujet du testament et des soins de longue durée. Même les millénariaux, c’est-à-dire les personnes âgées de 25 à 40 ans, se rendent compte que leurs objectifs financiers soient manqués s’ils oublient un aspect de leur plan financier.

Mais il reste la même inquiétude que celle qui prévalait avant la pandémie : comment se protéger à long terme tout en maintenant son niveau de vie actuel ?

Si les conseillers ont moins d’efforts à porter sur la sensibilisation, leur rôle demeure tout aussi important pour rassurer les clients sur la possibilité de concilier la protection à long terme et le maintien de leur style de vie. Le défi est de taille alors que le coût des soins de longue durée augmente à un rythme supérieur à l’inflation depuis 2004. Et la période actuelle de flambée des prix n’est pas propice à calmer cette tendance.

Face à ce défi, les conseillers doivent parvenir à montrer à leurs clients à quel point une bonne préparation de leur sécurité financière pourra non seulement alléger leur fardeau financier à long terme, mais alléger le poids émotionnel qui vient avec la survenue d’un problème de santé, qui les toucherait eux-mêmes ou leur entourage.