Drapeau du canada flottant devant le parlement, à Ottawa.
Photo : ducdao / 123RF

Le premier ministre Justin Trudeau devrait nommer un nouveau ministre des Finances dès mardi, après le départ brusque, lundi, de Bill Morneau.

Trudeau ne peut pas laisser le poste crucial vacant longtemps, au moment où le pays vit la pire crise économique depuis la Grande Dépression, qui pourrait s’aggraver cet automne si le Canada est frappé par une deuxième vague du nouveau coronavirus.

Lors d’une conférence de presse annoncée à la hâte lundi soir, M. Morneau a annoncé qu’il démissionnait à la fois de ses fonctions de ministre des Finances et de député libéral de Toronto-Centre.

Cela libère un siège libéral sûr pour Mark Carney, l’ancien gouverneur de la Banque du Canada et de la Banque d’Angleterre, s’il choisit de se lancer dans l’arène politique, un saut qu’il veut apparemment faire depuis longtemps, dans le but d’éventuellement tenter de devenir chef libéral.

La semaine dernière, l’annonce selon laquelle M. Trudeau avait fait appel à M. Carney pour obtenir des conseils informels sur un plan de redressement post-pandémique a déclenché des spéculations fébriles selon lesquelles le premier ministre était sur le point de remplacer M. Morneau, avec qui il aurait eu des désaccords sur certaines politiques.

Ce ne serait pas la première fois qu’un premier ministre nomme une personne au Cabinet qui n’a pas été élu à la Chambre des communes. Stéphane Dion et Pierre Pettigrew sont entrés au cabinet de Jean Chrétien en 1996 et ont remporté des élections partielles quelques mois plus tard. Louis St-Laurent a été nommé au cabinet de William Lyon Mackenzie King en 1941, avant de remporter une élection partielle.

Mais les spéculations visent également certains des ministres éprouvés de M. Trudeau pour remplacer M. Morneau. Au premier rang : la vice-première ministre Chrystia Freeland, une ancienne journaliste qui a beaucoup écrit sur l’économie mondiale.

Mme Freeland deviendrait la première femme ministre des Finances de l’histoire du Canada.

Parmi les autres noms qui circulent pour le poste, on note celui du président du Conseil du Trésor Jean-Yves Duclos, économiste distingué avant d’entrer en politique en 2015, de la ministre de l’Emploi Carla Qualtrough, du ministre de la Justice David Lametti et du ministre des Affaires étrangères François-Philippe Champagne.

Quel que soit son choix, M. Trudeau devrait impliquer un nombre minimal de ministres dans le remaniement qu’implique le départ de M. Morneau.