Pirate informatique au visage caché et portant un chandail à capuchon.
Photo : Elnur Amikishiyev / 123RF

Les voleurs d’identité ne reculent devant rien, au point que certains parviennent même à vendre la maison de leurs victimes.

Le Journal de Montréal cite le cas d’un fraudeur qui a réussi à vendre une propriété qui ne lui appartenait pas.

L’escroc a fait visiter le logement à un acheteur sincère… et il est parvenu à lui vendre le bien. Le réel propriétaire a récupéré le logement après avoir dû passer par le tribunal, relate le quotidien.

MAISON VOLÉE AU RETOUR DES VACANCES

Ce genre de fraudeurs utilise des données personnelles pour fabriquer de faux documents. Il peut ainsi obtenir les titres de propriété et même un nouveau prêt hypothécaire. Toutefois, ce sont principalement les propriétés sans hypothèque qui sont visées par les malfaiteurs.

Il arrive aussi que des propriétaires immobiliers découvrent, à leur retour de vacances, que leur maison a été vendue, mentionne le quotidien en citant un ancien gestionnaire de Desjardins. Les snowbirds sont donc des cibles de choix des escrocs, qui peuvent profiter de leur absence de plusieurs mois pour s’en prendre à leur propriété.

L’IDENTITÉ, ESSENTIELLE AUX FRAUDES

Au moment de la vente d’une propriété, le notaire est tenu de demander des preuves d’identité au vendeur. Le voleur de données personnelles présente alors de faux documents d’identité pour se faire passer pour le vrai propriétaire. Il peut alors empocher le montant de la vente. Et l’acheteur met la main en toute bonne foi sur la résidence usurpée.