À l’instar du reste du Québec, les perspectives économiques s’améliorent en Mauricie, révèle un rapport de Desjardins Études économiques obtenu par Conseiller. L’embellie de l’économie mondiale à la fin 2014 et 2015, surtout aux États-Unis, sera un bon appui à notre croissance régionale et provinciale. De plus, le dollar canadien se trouvera sous la parité, ce qui sera favorable aux exportateurs.

Le document relève toutefois que « plusieurs défis et enjeux subsistent », citant les effets du déclassement de la centrale nucléaire Gentilly-2 à Bécancour et la fermeture devancée de Rio Tinto Alcan à Shawinigan en 2014.

Investissements annoncés

Le dynamisme découlant des investissements devrait soutenir l’économie. Trois-Rivières bénéficiera, entre autres, de l’ouverture d’un centre d’appels (350 à 375 emplois créés) et générera « un investissement d’environ 20 M$ annuellement en salaires et en loyer ».

À cela s’ajoute l’ouverture d’une usine de fabrication de bornes de recharge pour voitures électriques par la compagnie AddÉnergie Technologies à Shawinigan (21 M$, création prévue de 100 emplois sur cinq ans), d’une nouvelle usine de fertilisants par IFFCO Canada à Bécancour (1,6 G$) et d’une usine hydrométallurgique par Minéraux rares Quest (1,3 G$, 500 emplois créés en construction et 300 autres lors de son entrée en fonction en 2017).

Reprise de l’emploi

L’emploi devrait retrouver le chemin de la croissance en Mauricie en 2014 et en 2015, mais le rythme « sera modeste et en deçà de la moyenne provinciale ». Le taux de chômage, de son côté, demeurera stable et s’abaissera quelque peu l’an prochain, à l’instar de la province. Les industries primaires et manufacturières devraient se redresser, alors que l’expansion du secteur des services se poursuivra.

En foresterie, les perspectives d’emploi sont encourageantes. Les prix des produits du bois et de ses composantes se sont améliorés, ce qui viendra rehausser le niveau d’activité des entreprises de la région. Par ailleurs, l’exploitation de la biomasse forestière et l’élaboration d’une grappe industrielle sur la valorisation du bois dans la construction continueront à stimuler l’industrie.

Toutefois, pour le sous-secteur des pâtes et papiers, la demande de main-d’œuvre pourrait continuer à se replier en 2015.

L’industrie de la construction continuera de bien faire dans la région jusqu’à l’an prochain, en raison des investissements en cours et à venir.

L’emploi dans le commerce de détail devrait s’accroître de façon modérée en 2015, tout comme le commerce de gros, qui devrait bénéficier de l’amélioration de la conjoncture économique globale, et le secteur des soins de santé et de services sociaux, en raison du fort taux de natalité et du vieillissement démographique accru.

Stimuler la relève

La relève se raréfie en Mauricie. Selon Emploi-Québec, il y aura 23 300 postes à pourvoir en Mauricie de 2012 à 2016, dont 90 % en raison des départs à la retraite (75 % au Québec). Afin de combler leurs besoins en main-d’œuvre, les entreprises explorent différentes avenues. Depuis sept ans déjà, un programme d’alternance-travail en techniques d’usinage est en place chez Marmen. L’entreprise embauche tous les diplômés, entre 16 et 20 par cohorte, et elle réussit à retenir 85 % d’entre eux. De son côté, la compagnie trifluvienne de transport MassExpress propose à ses employés de réduire leurs heures de travail hebdomadaire de 70 à 45 heures.

Pronostics positifs pour le marché de l’habitation

Le marché de l’habitation s’est essoufflé en Mauricie en 2013. Les mises en chantier et les transactions sur le marché de la revente de maisons existantes ont fléchi, à l’instar du Québec dans son ensemble. Le taux d’inoccupation s’est légèrement replié, soit de 4,9 % à 4,8 % de 2012 à 2013, mais est demeuré à un niveau supérieur au seuil d’équilibre, établi à 3 % par la Société canadienne d’hypothèques et de logement. Le prix de vente moyen a quelque peu diminué l’an dernier, pour une deuxième année consécutive (-0,2 % contre +1,3 % au Québec).

Toutefois, une légère reprise de l’activité résidentielle est attendue d’ici la fin de l’année, et la croissance devrait même s’accélérer en 2015. La diminution du ratio vendeurs/acheteur au cours des six premiers mois de l’année en regard de 2013, surtout dans la région de Trois-Rivières, devrait redonner une certaine impulsion à la croissance du prix de vente moyen. Celui-ci a d’ailleurs progressé (sur une base trimestrielle) de 2,2 % et de 3,3 % dans la région au premier et au deuxième trimestres de 2014.

Dans ce contexte, la demande pour les produits du bois mauricien devrait s’accélérer en 2014 et en 2015, notamment pour les meubles.

Principaux indicateurs économiques – Mauricie

2011201220132014p2015p
Produit intérieur brut nominal (M$)8 4368 6738 7608 9179 114
Var. ann. en %3,22,81,01,82,2
Produit intérieur brut nominal par habitant ($)32 20832 94332 86433 37634 024
Var. ann. en %3,22,3(0,2)1,61,9
Revenu personnel disponible par habitant ($)22 90323 26223 49423 80024 228
Var. ann. en %3,31,61,01,31,8
Emploi (000)119,4112,9107,4107,6108,2
Var. ann. en %3,6(5,4)(4,9)0,20,5
Taux de chômage (en %)7,89,79,49,49,2
Mises en chantier (nombre)1 1881 1681 0471 0501 080
Vente de maisons existantes (nombre)1 7361 7851 7731 7761 840
Prix de vente moyen ($)139 974139 650139 350139 768141 865
Var. ann. en %3,9(0,2)(0,2)0,31,5
Taux d’inoccupation (en %)4,24,94,85,05,2
Investissements totaux (k$)1 577 8621 624 5981 650 7151 721 104nd
Var. ann. en %(13,6)3,03,04,3nd
Rémunération hebdomadaire moyenne ($)697,87731,70747,40ndnd
Var. ann. en %0,54,82,1ndnd
Population totale (nombre)265 557265 987266 542267 179267 859
Var. ann. en %0,30,20,20,20,3
Taux d’occupation hôtelier (en %)40,241,239,5ndnd2
nd : non disponible p : prévisions Ombragé bleu : prévisions
Sources : Société canadienne d’hypothèques et de logement, Institut de la statistique du Québec, Fédération des chambres immobilières du Québec par le système Centris®,
Tourisme Québec et Desjardins, Études économiques