Photo : 123RF

Aide aux aînés, inflation tenace et possible récession sont les mots à retenir de la mise à jour économique et financière du Québec présentée jeudi par le ministre des Finances, Eric Girard, sur fond d’incertitude pour l’année qui vient.

Les personnes âgées devraient être mieux outillées pour contrer l’inflation, grâce au coup de pouce financier annoncé jeudi par le gouvernement Legault, qui n’écarte plus le scénario d’une récession en 2023.

En préparant sa mise à jour économique et financière, le ministre des Finances, Eric Girard, a eu une bonne pensée pour les aînés âgés de 70 ans et plus, ayant droit à compter de cette année à recevoir un crédit d’impôt bonifié, qui passera de 411 $ à 2000 $.

Au total, 1,1 million d’aînés pourront se prévaloir du soutien financier bonifié, soit 398 500 de plus que par le passé.

Il s’agit là de la mesure phare de la mise à jour économique et financière présentée jeudi par le ministre des Finances, une mesure destinée à aider les contribuables âgés à diminuer l’impact de la hausse récente et importante du coût de la vie.

La bonification annoncée du crédit d’impôt remboursable pour le soutien des aînés est une mesure récurrente, qui pourra donc être accessible chaque année.

Cette année, la mesure grugera 1,5 milliard de dollars (G$) additionnel au Trésor public, et quelque 8 G$ d’ici cinq ans.

En 2022, au total, l’aide fiscale destinée aux aînés pour contrer l’inflation pourrait atteindre 3100 $ pour une personne seule et 2200 $ pour un couple.

RÉCESSION EN VUE ? 

Le spectre d’une récession l’an prochain plane désormais plus que jamais sur l’économie du Québec.

Le ministre Girard a réaffirmé qu’il anticipait un ralentissement économique en 2023, qui pourrait être plus important que prévu antérieurement. La faible croissance de l’économie ne devrait pas dépasser 0,7 % l’an prochain, alors qu’elle devrait atteindre 3,1 % en 2022.

Dans le budget 2022-2023, Québec se montrait alors plus optimiste, anticipant une croissance de 2 % en 2023.

Pendant ce temps, grâce à une forte inflation, Québec continue à engranger des revenus substantiels dans les coffres de l’État, soit 14 G$ depuis le mois de mars. En 2022-2023, les revenus devraient augmenter de 4,3 %.

Le déficit budgétaire, en 2022-2023, devrait se situer à 5,2 G$. Le retour à l’équilibre budgétaire est toujours prévu en 2027-2028.

Québec prévoit que la création d’emplois fonctionnera au ralenti en 2023. Le taux de chômage, qui a atteint un creux historique à 3,9 % en avril dernier, pourrait grimper à 5 % en 2023.

À Québec, on n’écarte plus le scénario d’une récession en 2023, incluant un recul de 1 % de l’économie. Si cela se produit, Eric Girard dit avoir mis de côté une réserve de 8 G$ pour soutenir l’économie, si le vent de la récession souffle trop fort. « Une forte incertitude plane sur les prévisions », admet le ministère des Finances, dans son document faisant le point sur la situation financière et économique du Québec, rendu public jeudi.