Pirate informatique opérant sur un ordinateur portable.
Photo : Sergey Nivens / 123RF

Alors que la période fiscale bat son plein, il est temps de faire particulièrement attention aux documents papier contenant des informations personnelles, d’autant plus que les taux de fraudes, fiscales ou d’identité, ont augmenté au Canada.

Le fait est connu depuis plusieurs année : la période fiscale est propice au vol d’identité. C’est le moment où l’on reçoit tous les renseignements liés aux impôts provenant des institutions financières, des sociétés de placement ou encore des gouvernements. Ces documents contiennent plusieurs renseignements confidentiels, comme le numéro d’assurance sociale, dont les fraudeurs sont particulièrement friands.

Grâce aux renseignements récoltés sur ses victimes, un fraudeur peut leur voler de l’argent pour s’acheter une propriété, ouvrir un compte bancaire ou téléphonique à leur nom. Et ces dernières années, les taux de fraude fiscale ont augmenté de 15 %, et ceux de fraudes d’identité de 9 %, selon des statistiques récentes présentées par Canadian Fraud News Inc.

PAS ASSEZ PRUDENTS

Bien que près de quatre contribuables sur dix (38 %) craignent d’être victimes de fraude fiscale ou de vol d’identité au cours de la période des impôts, beaucoup d’entre eux ne protègent pas suffisamment leurs informations personnelles, constate le rapport Saison des impôts et prévention de la fraude 2019 de l’entreprise Shred-it.

Plus de la moitié des sondés (54 %) pensent que leurs documents fiscaux sont particulièrement susceptibles d’intéresser des voleurs d’identité, mais plus de 40 % d’entre eux rangent leurs déclarations de revenus dans une boîte, un bureau ou un tiroir non fermé.

Près de cinq contribuables sur dix admettent ne pas déchiqueter ces documents avant d’en disposer et 48 % d’entre eux ignorent combien de temps ils sont censés conserver leurs anciens rapports d’impôts.

Finalement, la grande majorité des sondés (90 %) estiment ne rien risquer quand ils font affaire à des professionnels pour remplir leurs impôts, mais 44 % d’entre eux ignorent même si leurs documents sont stockés ou détruits.