Dessin d'une main qui donne de l'argent à une autre main.
Photo : crazydiva / iStock

Une étude publiée par Placements Mackenzie montre que la majorité des Québécois maintiennent leurs activités caritatives malgré les répercussions économiques engendrées par la pandémie. Ainsi, 58 % des Québécois ont déjà fait un don cette année et 76 % ont l’intention de le faire d’ici la fin de l’année, selon l’étude 2020 Canadian Charitable Giving Pulse Check.

Parmi les causes les plus populaires auprès des donateurs, les services médicaux et de la recherche arrivent en première place avec 59 % du soutien québécois. Les organismes d’aide humanitaire et de secours bénéficient, quant à eux, d’un soutien de 34 % de la population québécoise, contre 35 % au niveau national.

Le tiers (33 %) des répondants au sondage a déclaré devoir réduire le montant des dons en raison de contraintes financières causées par la pandémie, alors que 88 % des Québécois ont l’intention d’effectuer un don de bienfaisance en 2021.

UNE TENDANCE QUI SE CONFIRME

Menée par Pollara Strategic Insights, l’enquête a démontré qu’à l’échelle nationale, 83 % des Canadiens ont déjà fait un don de bienfaisance en 2020 ou ont l’intention de le faire. Ces dons sont principalement dirigés vers les services médicaux et de la recherche (54 %), les organismes de services locaux et sociaux (47 %) et les organismes d’aide humanitaire et de secours (35 %).

« Les Canadiens continuent de soutenir les organismes de bienfaisance en si grand nombre malgré les difficultés qu’ils doivent affronter cette année, ce qui en dit long sur leur caractère, a déclaré Carol Bezaire, vice-présidente, Fiscalité, successions et philanthropie stratégique chez Placements Mackenzie. Les besoins sont plus grands que jamais, alors nous avons tous un rôle à jouer pour aider les autres et pour nous assurer de maximiser l’impact de nos dons. »

Les sommes versées diffèrent à travers le pays. Au Québec, le montant moyen pour un don est de 180 $, alors qu’au Canada il s’élève à 585 $. L’étude prévoit que ces montants augmenteront en 2021, pour s’établir, respectivement, à 187 $ et 761 $.

LES DONS DANS LA PLANIFICATION FINANCIÈRE

L’enquête révèle également que plusieurs personnes souhaitent être davantage informées sur les différents aspects et répercussions des dons de bienfaisance. Ces derniers sont souvent intégrés par les conseillers dans la planification financière de leurs clients, lesquels ne sont pas toujours au courant des avantages qu’ils pourraient en tirer. Quelque 50 % des personnes interrogées ont d’ailleurs déclaré qu’elles aimeraient apprendre comment gérer leurs dons de manière fiscalement avantageuse.

Les conseillers ont le devoir d’expliquer ces avantages à leurs clients et de les intégrer dans la planification d’une stratégie optimale. Voici quelques indications et informations pour vous aider dans cette démarche.