Photo : wwing / istockphoto

L’administration fiscale a prévu des aménagements, mais les montants dus aux impôts devront être payés, tôt ou tard.

La pandémie de la COVID-19 a poussé le fisc à offrir des conditions spéciales aux contribuables, afin de prendre en compte le contexte économique et sanitaire. L’Agence du revenu du Canada (ARC) a ainsi reporté la date limite de dépôt des déclarations du 30 avril au 1er juin. Et les particuliers ont jusqu’à la fin du mois d’août pour payer leur dû. Même le recouvrement des nouvelles dettes est suspendu.

Cependant, ces facilités offertes par le fisc ne sont pas des cadeaux définitifs, relève le quotidien The Gazette.

Les accommodements proposés par l’ARC visent à laisser aux Canadiens de la latitude dans la gestion de leur trésorerie. Mais les montants dus devront être payés.

Et il est inutile de raconter des histoires d’horreur infondées aux agents de l’ARC. Ils en savent plus sur nous que nous-mêmes, souligne le journal.

Au contraire, il est peut-être pertinent de s’acquitter de ses obligations fiscales au plus vite, comme la déclaration de revenus, afin de profiter d’une plus grande réactivité du fisc, notamment dans les remboursements d’impôt.