La décision conjointe du 15décembre dernier de la Great-West et de la London Life de suspendre toute demande de rachats et de transferts de deux fonds distincts mécontente et inquiète de nombreux conseillers. Cette décision touche le Fonds immobilier London Life 2.17G et le Fonds de placement immobilier canadien no1.Du côté de la Financière Liberté55, un conseiller d’expérience ne comprenait pas comment des collègues avaient pu placer les avoirs de leurs clients retraités dans des fonds comme ceux-ci, qui constituent des placements à très long terme et qui sont par définition très peu liquides.

Malgré tout, avec la tempête financière qui sévit et le seuil de tolérance des investisseurs de plus en plus fragile, le risque d’un mouvement de panique de la part des investisseurs dont les avoirs sont immobilisés dans ces fonds distincts au début du mois de janvier est réel. Les conseillers interviewés craignent la réaction épidermique de leurs clients et déplorent le peu d’outils mis à leur disposition ainsi que le manque de communication de la part de leur siège social respectif. Le mutisme actuel de la Great-West n’a rien pour les rassurer, malgré le potentiel explosif de la situation. Des conseillers de la Great-West ont confirmé à Conseiller.ca que le siège social a arrangé une conférence téléphonique pour son réseau de conseillers trois jours après l’annonce du 15décembre, mais cette dernière s’est déroulée exclusivement enanglais, ajoutant à la confusion de la situation, ont affirmé les représentants interrogés.