Comparativement à 2007, les ventes de maisons existantes ont progressé de 1% au 3etrimestre de2008 dans le Grand Montréal, rapporte la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM).

Quelque 8463propriétés ont changé de main. Le marché a été soutenu par les ventes de condominiums, qui ont progressé de 8% par rapport à l’an dernier, et par celles des «plex», qui ont crû de 2%. Par contre, la CIGM note un ralentissement des ventes (-2%) des maisons unifamiliales.

Les condos sont toujours populaires. «La plus grande abordabilité de ce type d’habitation lui permet de bien tirer son épingle du jeu», note la CIGM. De janvier à septembre dans le Grand Montréal, les ventes de copropriétés ont augmenté de 7%, alors que celles des unifamiliales diminuaient de 6%. Il faut dire que ces dernières ne sont pas à la portée de toutes les bourses. Leur prix moyen est de 273872$, en hausse de 6% sur l’an dernier.

Les inscriptions de propriétés sur le système MLS ont augmenté pour un deuxième trimestre consécutif. Elles se sont chiffrées à 21425, ce qui représente une hausse de 12% comparativement à pareille date l’an dernier. «Malgré la hausse des inscriptions observée au cours des deux derniers trimestres, le niveau de demande élevé fait en sorte que le marché de la revente demeure toujours à l’avantage des vendeurs, et ce, pour les trois types de propriétés», a indiqué Michel Beauséjour, chef de la direction de la CIGM.

Alors que le marché immobilier connaît un sérieux ralentissement dans les autres grandes villes canadiennes, il demeure vigoureux à Montréal. «L’entrée en vigueur des nouvelles mesures quant à l’amortissement maximal et à la mise de fonds minimale pour un prêt hypothécaire assurable peut avoir créé un effet de devancement d’achat pour certains ménages», croit Stéphane Duguay, analyste de marché à la Société canadienne d’hypothèques et de logement.