Le signe "j'aime", soit un point avec le pouce vers le haut, en or sur un fonds noir
chaofann / iStock

Les titres de valeur séduisent de plus en plus d’investisseurs. Pourtant, les titres de croissance demeurent pertinents pour des investissements à long terme.

La stratégie de croissance vient de connaître une décennie faste, surclassant fréquemment la stratégie de valeur.

Mais depuis le deuxième semestre 2021, les investisseurs se tournent davantage vers les titres axés sur la valeur, jugés moins cher que les titres de croissance qui se sont renchéris à force de performer.

Pourtant, la stratégie de valeur n’offre pas un aussi bon potentiel à long terme que la stratégie de croissance, affirme Morningstar.

De plus, cette stratégie est menacée par les perturbations à venir dans plusieurs secteurs, comme les énergies alternatives – avec la lutte au changement climatique – et les services financiers – avec les innovations importantes en matière technologique. Les valorisations de bon nombre de sociétés risquent alors de plafonner dans ces secteurs.

Les actions de croissance permettent de mieux concilier la croissance à long terme et celle reliée à un cycle boursier.

Encore faut-il concentrer sa stratégie de croissance sur des titres de qualité. Oui, la diversification est importante pour exposer le portefeuille à des risques très variés. Mais au sein de cette diversification géographique et sectorielle, une stratégie de croissance doit s’appuyer sur un choix scrupuleux de titres qui sera maintenu durant cinq à dix ans.

Les sociétés ciblées doivent bénéficier d’un avantage concurrentiel qui protège leurs flux de trésorerie. C’est leur performance sous-jacente qui est recherchée, avec la conviction que le prix des actions suit cette performance sur le long terme.

Certes, nombre d’investisseurs tendent à fuir les valeurs de croissance. Cette fuite est paradoxale alors que des sociétés sont valorisées à un niveau inférieur à la période prépandémique, tout en présentant des bénéfices supérieurs à cette époque.

Les vraies menaces sur la stratégie de croissance sont le variant Omicron, l’inflation et l’arrêt prochain des politiques gouvernementales de soutien à l’économie. Le choix des titres de croissance doit éviter les secteurs sensibles aux risques d’émergence de nouveaux variants. L’inflation quant à elle ne devrait pas s’installer durablement, prédit Morningstar. Un des éléments sur lesquels l’investisseur devrait être vigilant est l’évolution des mesures de soutien à l’économie. Leur arrêt progressif devrait modérer la dynamique de la croissance.

Mais à long terme, c’est bien la croissance sous-jacente de chaque société qui va être le moteur du prix des actions… et lui permettre de surclasser les titres cycliques. Le processus de sélection de ces sociétés est donc plus que jamais primordial.