Photo : 123RF

À mesure que l’investissement responsable gagne en popularité et que le nombre de fonds prolifère, les investisseurs ont de plus en plus l’embarras du choix. Le Comité de normalisation des fonds d’investissement du Canada (CIFSC) a publié son nouveau cadre pour aider les investisseurs et les conseillers à distinguer les fonds d’investissement responsable et à éviter la confusion.

Ce cadre – qui a été élaboré avec la participation de gestionnaires d’actifs, de groupes industriels et de sociétés de recherche et de données – vise à permettre aux investisseurs de repérer plus facilement les fonds qui s’engagent dans diverses formes d’investissement ESG.

Les fonds qui s’engagent à adopter des approches responsables en matière d’investissement dans les objectifs d’investissement de leur prospectus, ou dans d’autres informations, seront pris en compte dans ce cadre.

Celui-ci couvre six types fondamentaux d’investissement responsable :

  • l’investissement d’impact,
  • l’intégration ESG,
  • l’investissement thématique ESG,
  • l’exclusion ESG,
  • le filtrage positif,
  • et l’engagement et la gestion ESG.

Les fonds peuvent appartenir à plus d’une catégorie.

« Ce cadre est un grand pas en avant pour aider les investisseurs canadiens à trouver des produits qui correspondent aux préférences d’investissement non financier. De plus, le fait d’avoir un cadre d’identification reconnu dans l’ensemble du paysage canadien permettra une comparaison plus facile », assure Ian Tam, président du CIFSC, dans un communiqué.

La CIFSC compilera une liste de fonds qui entrent dans une ou plusieurs des catégories du cadre, et cette liste sera mise à jour mensuellement à mesure que de nouveaux fonds seront lancés, que des fonds existants seront fermés et que d’autres changeront d’objectifs.

Le nouveau cadre ne crée pas de nouvelles normes d’étiquetage des fonds et ne cherche pas à évaluer les performances des fonds par rapport à leurs objectifs. Son but est plutôt de servir de « norme d’identification pragmatique qui aide les investisseurs canadiens et leurs conseillers, et qui permet aux investisseurs et aux fabricants de fonds de s’aligner sur un langage et des définitions communs », indique le cadre.

« L’investissement responsable évoluant rapidement, il est essentiel que les investisseurs comprennent que le concept va bien au-delà de la simple exclusion de certains secteurs ou industries dans un portefeuille. Ce cadre, qui définit six approches non mutuellement exclusives, apportera de la clarté aux investisseurs qui souhaitent investir de manière responsable », ajoute Ian Tam.